― Alexey Wraith / Shutterstock.com

Alors que l’humanité fait face à la plus importante épidémie depuis des années, les chevaux sont également touchés par une alarmante épidémie de rhinopneumonie équine (EHV-1). Il s’agit d’un virus respiratoire très contagieux qui s’est échappé d’un centre équestre situé à Valence, en Espagne. Il menace désormais tout le continent européen.

Une maladie grave

D’après la Fédération équestre internationale, le secteur hippique serait confronté à l’épidémie la plus grave de ces dernières années en Europe. Très contagieux, mais non transmissible à l’Homme, le virus s’est échappé lors d’un concours international de saut d’obstacles en février dernier. Barbara Buisson, vétérinaire équin, a expliqué que chaque cheval qui éternue « projette des milliards de particules virales qui vont brumiser l’atmosphère ». Ainsi, cette pandémie pourrait prendre des proportions importantes étant donné que des milliers de chevaux étaient rassemblés au même endroit lorsque le virus s’est échappé.

La rhinopneumonie équine provoque de fortes fièvres, des difficultés respiratoires et des problèmes neurologiques. Les chevaux ont par exemple du mal à contrôler leurs mouvements, à uriner ou à déféquer. Dans certains cas, ils ne sont plus capables de se relever. Malheureusement, lorsqu’un cheval reste couché pendant plus de six heures, ses muscles sont écrasés et il ne parvient plus jamais à se relever, a expliqué Barbara Buisson.

Bastien Houel, un soigneur, relate des scènes d’horreur lors de la compétition à Valence. « Les vétérinaires n’arrêtaient pas, du matin au soir. Ils étaient en train de donner des soins à un cheval et on en entendait un autre 10 mètres plus loin en train de se débattre. Le cheval était couché par terre avec les membres en l’air en train de pédaler dans tous les sens », a-t-il raconté.

― Phyllis Peterson / Shutterstock.com

Il faut endiguer la pandémie

En Espagne, des centaines de chevaux ont été mis en quarantaine dans des écuries. Malgré cela, la situation n’est toujours pas maîtrisée. Pour ralentir la propagation du virus, la Fédération française d’équitation, en accord avec la Société hippique française et la Fédération équestre internationale, a décidé de suspendre toutes les compétitions, stages et rassemblements d’équidés dans une douzaine de pays du Vieux Continent.

En outre, d’autres cas d’EHV-1 ont également été détectés en France, en Belgique et en Allemagne. Il s’agissait essentiellement de chevaux ayant participé à la compétition de Valence. Dans un centre équestre de Seine-et-Marne, l’un des départements touchés, des mesures ont été mises en place pour protéger les animaux. Élisabeth Simard, la responsable du poney-club, explique que l’équipement doit être désinfecté avant chaque utilisation.

« Je verse mon eau de javel, je rajoute de l’eau pour ne pas mettre de la pure, je remplis mon seau et après je prends une brosse et je la mets dans l’eau. J’attends un petit peu, je laisse un petit peu tremper, je rince à nouveau avec de l’eau claire et après je vais laisser sécher », a-t-elle exliqué.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de