Pour faciliter le quotidien des aveugles, des centaines de chiens guides sont formés chaque année, mais d’autres animaux pourraient remplir cette fonction. Le cheval en fait partie, et des expérimentations fleurissent un peu partout en Europe.

 

UN CHEVAL GUIDE POUR PERSONNES AVEUGLES

Dans les rues de Bruges, Digby ne passe pas inaperçu. Ce cheval nain à la robe blanche et marron n’est pas perdu. Au contraire, il est là pour guider. Depuis plusieurs années, l’Europe voit se multiplier les initiatives visant à former de nouveaux compagnons pour les personnes aveugles.

Si le cheval nain semble un choix insolite, il a déjà fait ses preuves outre-Atlantique. Ces compagnons équidés sont d’ailleurs tout aussi performants que les chiens. Ils ne sont toutefois pas là pour les remplacer mais pour offrir un complément à l’aide apportée par les chiens.

 

UNE ALTERNATIVE CONNUE DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES

C’est au début des années 2000 que le cheval a commencé à être entraîné aux États-Unis pour guider les aveugles. La formation est aussi longue que celle d’un chien (environ 2 ans) et permet au cheval d’assimiler les ordres, d’apprendre à marcher près de son maître, d’éviter les obstacles et de le protéger en cas de danger.

S’il a été choisi comme guide d’aveugle, c’est à la fois pour son intelligence, sa taille très proche de celle d’un chien mais aussi sa longévité. Un cheval nain peut vivre environ 30 ans contre une quinzaine d’années pour un chien. Le cheval peut aussi aider ceux qui ont peur des chiens ou ceux qui sont allergiques à leurs poils.

Il pourrait également avoir d’autres vertus auprès de personnes souffrant d’autres troubles. Les animaux étant déjà utilisés dans des thérapies pour les personnes autistes, le cheval nain pourrait les aider au quotidien mais également les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

© Wikimédia / Michael Andersen

 

QU’EN EST-IL EN FRANCE ?

Inspirée par des expérimentations menées en Belgique et au Royaume-Uni, la France a elle aussi décidé d’éduquer des mini-chevaux guides d’aveugles. Pour l’heure, il n’existe qu’un seul lieu proposant cette formation : le domaine de La Geneste situé à Châteaufort-en-Yvelines.

À l’initiative de Jean Bouissou, sourd et aveugle, ce domaine forme 2 mini-chevaux et le succès des autres pays pourrait mener à former d’autres animaux. « Cette pratique existe depuis longtemps aux États-Unis où un millier de chevaux accompagnent déjà des non-voyants. Je me suis dit que l’on pouvait la tester ici en France ».

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de