— Fotos593 / Shutterstock.com

L’extinction d’une espèce n’est pas un phénomène nouveau pour la planète Terre, et un jour ou l’autre, l’humanité devra aussi disparaître pour laisser la place à de nouvelles formes de vie. Mais selon de nouvelles recherches scientifiques, la probabilité que cela arrive l’année prochaine est plus élevée que prévu.

L’être humain a plus de chance de subir l’extinction que d’être tué par un requin

Les scientifiques du Future of Humanity Institute de l’université d’Oxford ont analysé de près les probabilités d’extinction naturelle de l’humanité. Cela signifie qu’ils ont mis de côté les phénomènes tels que les guerres nucléaires ou biologiques. Et selon les résultats de leurs calculs, la probabilité d’extinction de l’espèce humaine dans l’année à venir varie de 1 sur 14 000 à 1 sur 87 000. Il ne faut pas oublier que ces chiffres ne tiennent compte que des phénomènes naturels comme des éruptions super-volcaniques ou des impacts d’astéroïdes.

« En utilisant uniquement les informations selon lesquelles l’Homo sapiens existe depuis au moins 200 000 ans, nous concluons que la probabilité que l’humanité disparaisse de causes naturelles au cours d’une année donnée est presque garantie d’être inférieure à un sur 14 000 et probablement inférieure à un sur 87 000 », ont écrit les chercheurs dans le papier qui relate les résultats de leurs études dans la revue Scientific Reports.

À titre de comparaison, The Sun nous rappelle que ces statistiques montrent que l’humanité a plus de chance de s’éteindre que les individus lambda ont la probabilité d’être frappés par la foudre (1 chance sur 960 000), être attaqués par un requin (1 chance sur 11,5 millions), ou même de sortir avec un top-modèle (1 chance sur 880 000).

Les chances de survie de l’humanité dans l’année en cours

La question étant, devons-nous avoir peur pour notre survie ? Pour répondre à cette question, il faut également prendre en compte le fait que pour leur calcul, les chercheurs de l’université d’Oxford n’ont pris en considération que la longévité de l’espèce humaine, la probabilité d’extinction des autres espèces, la probabilité d’occurrence des catastrophes naturelles et enfin, le fait que l’Homo sapiens existe depuis environ 200 000 ans.

En revanche, pour avoir des chiffres plus précis, il faut également considérer d’autres paramètres comme le fait que l’humanité existe depuis plus de 300 000 ans, ainsi que l’émergence du genre Homo dont la survie semble être moins menacée. En ajoutant de telles variables, ce chiffre de 1 sur 14 000 peut largement être revu à la baisse, et tomber jusqu’à 1 sur 140 000. Par ailleurs, même avec une chance d’extinction sur 14 000, cela signifie également que nous avons 99,993 % de chances de ne pas disparaître chaque année.

Quoi qu’il en soit, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas du tout manière à s’inquiéter, car il faut prendre conscience que l’humanité œuvre depuis de nombreuses années à sa propre destruction. En effet, si les chances d’être frappé par un astéroïde ne sont pas très élevées, il ne faut pas oublier que l’on peut également revoir cette probabilité à la hausse si l’on considère les phénomènes de destruction massive générée par les humains via les guerres nucléaires ou biologiques. À cela s’ajoutent également les phénomènes naturels latents comme les changements climatiques anthropiques ou les risques de pandémie d’origine naturelle.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de