Le New York Times vient de livrer une enquête inquiétante sur une mystérieuse infection causée par un champignon, le Candida auris. Elle se développe dans le monde entier et tue la moitié des personnes qui la contractent en 90 jours. Mais, personne ne parle et les hôpitaux préfèrent garder ces violentes épidémies et ce problème de santé publique secret.

Qu’est-ce que Candida auris ?

Depuis plusieurs décennies, les antibiotiques sont surconsommés dans les hôpitaux et cliniques, mais également dans l’agriculture. Cette utilisation a provoqué la création et le développement de nouvelles bactéries et champignons, qui deviennent ultra résistants. Ils provoquent des infections qui peuvent potentiellement amener la mort des personnes atteintes. C’est notamment le cas de Candida auris, un germe totalement insensible aux médicaments. Dans leur article, Matt Ritchel et Andrew Jacob l’expliquent simplement “Les champignons, tout comme les bactéries, développent de nouvelles défenses pour survivre aux médicaments d’aujourd’hui”.

Matthew Fisher, professeur d’épidémiologie fongique à l’Imperial College de Londres, est l’auteur d’une récente étude sur les champignons résistants qu’il qualifie de “problème énorme”. Les symptômes sont ordinaires : fièvre, courbatures, fatigue. Mais le germe s’attaque aux personnes au système immunitaire affaibli, comme les nouveaux-nés ou les personnes âgées, et les conséquences peuvent devenir fatales. En effet, d’après des estimations, chaque année, 700 000 personnes meurent dans le monde à cause d’infections causées par des champignons tels que Candida auris.

Quels sont les cas recensés ?

Le champignon mortel ne semble pas venir d’un endroit en particulier, il s’est développé dans plusieurs pays en même temps. Des cas ont été recensés au Pakistan, en Inde, au Japon, en Afrique du Sud, en Colombie, au Royaume-Uni, au Canada, aux Etats-Unis et dans encore de nombreuses nations.

A New York justement, un cas a fortement marqué les esprits. Dans un hôpital de Brooklyn, un patient a été admis en mai 2018, puis est décédé 3 mois plus tard. Sa chambre était entièrement contaminée et a nécessité un nettoyage d’une immense ampleur. “Tout était positif : les murs, le lit, les portes, les rideaux, les téléphones, l’évier, le tableau blanc, les poteaux, la pompe”, a déclaré le Dr Scott Lorin, président de l’hôpital Mount Sinai. Le plafond a même dû être arraché et démantelé pour éliminer le Candida auris.

En 2015, Candida auris a également frappé le prestigieux Royal Brompton Hospital à Londres. Johanna Rhodes, spécialiste des maladies infectieuses avait alors été appelée à la rescousse. Elle avait aidé à nettoyer les chambres à l’aide de peroxyde d’hydrogène et après une semaine de traitement, un organisme avait survécu, continuant alors à se propager. Mais évidemment, l’hôpital qui accueille des patients fortunés n’a informé que les personnes concernées, sans faire de communiqué général, pensant que cela “n’était pas nécessaire” d’après Olivier Wilkison, le porte-parole. L’évènement a depuis été révélé par la presse.

Histoire similaire à Valence en Espagne, dans l’hôpital universitaire où 372 personnes ont été touchées par le champignon, et 85 d’entres elles infectées. En 30 jours, d’après la revue Mycoses, 41 % des patients infectés sont morts, même si ce n’est pas nécessairement Candida auris qui en est l’origine : “Il est très difficile de discerner si les patients décèdent des suites de l’agent pathogène, car il s’agit de patients souffrant de nombreuses maladies sous-jacentes et dont l’état général est très grave« , indique le communiqué de l’hôpital. Cette fois aussi, avant d’être révélée par la presse, l’affaire était tenue secrète. Les autres patient en soins dans l’hôpital n’ont même pas été mis au courant.

Pourquoi nous n’en avons jamais entendu parler ?

Les infections à Candida auris sont très difficiles à traiter car 90 % d’entre elles résistent à au moins un médicament. 30 % d’entre elles sont même résistantes à plusieurs à la fois. D’après une étude financée par le gouvernement britannique, si rien est fait pour ralentir la progression de ces champignons, ils s’attaqueront à des organismes en bonne santé, et en 2050, 10 millions de personnes pourraient en mourir.

Il est donc bien difficile de comprendre pourquoi ce problème reste très peu connu au niveau international, et se développe dans le secret. D’abord, la majorité des hôpitaux ont peur d’altérer leur réputation et de faire fuir les patients. Ensuite, les autorités ne préfèrent pas créer de panique générale et de semer la peur et l’urgence. Même si aucune information n’est dévoilée au grand public, autorités gouvernementales et sanitaires travaillent ensemble, mais est-ce assez ?

Non, selon de nombreuses personnes. Car les patients devraient avoir le droit de savoir qu’ils peuvent potentiellement être contaminés par Candida auris en se rendant dans tel ou tel hôpital. « Pourquoi diable parlons-nous d’une épidémie presque un an et demi plus tard ? Vous ne toléreriez pas cela dans un restaurant avec une épidémie d’intoxication alimentaire”, a notamment déclaré le Dr. Kevin Kavanagh, médecin au Kentucky et président d’un groupe de défense des droits des patients à but non lucratif. 

A force de silence et de secrets répétés, la peur se propage. A tel point que même le personnel sanitaire s’inquiète. Le Dr Matthew McCarthy exerçant à New York, a décrit avoir eu une peur inhabituelle lors du traitement de personnes atteintes du champignon. Un résultat désolant. Mais les choses changeront peut-être après l’article du New York Times qui nous met au jour sur le Candida auris, un champignon dont la plupart d’entre nous ignoraient totalement l’existence. Espérons que recherches et traitements se développeront dans les années à venir pour stopper sa prolifération.

16
COMMENTEZ

avatar
9 Fils de commentaires
7 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
13 Auteurs du commentaire
Juliette Botti-Mariani BottiBurkiciak FrancineCséguin98baricevic brunoSonia Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
bernard_bel
Membre
bernard_bel

Vous avez une drôle de manière d’en « parlé » (sic) : dans votre article, candida auris est d’abord un champignon, puis un virus, et enfin une bactérie… Vous pouviez vous renseigner directement sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Candida_auris !

ozerfil
Invité
ozerfil

Hé oui, car il s’agit d’en profiter pour intégrer ce problème, avec de joyeux amalgames, dans l’étrange campagne contre la prescription d’antibiotiques !! Or les antibiotiques prescrits en ville sont majoritairement de l’amoxicilline, de l’acide clavulanique et du cefpodoxime, ce qui est loin d’être la pointe de l’arsenal antibiotique disponible. Les BMR (bactéries multi-résistantes) sont le résultat d’une évolution… qui a créé l’Homme : chaque être vivant doit s’adapter à son environnement pour survivre, du plus petit au plus grand ! Enfin, cette campagne est faire fi des virus bactériophages (découverts en URSS) qui sont, devant les antibiotiques, l’avenir de… Lire la suite »

ozerfil
Membre
ozerfil

J’ai omis de mentionner que les trois-quarts des antibiotiques sont utilisés dans l’élevage et qu’on ne sait pas quelles conséquences cela a pour l’Homme…

Mathilde Rochefort
Membre

Bonjour Bernard, merci pour votre commentaire :), nous avons corrigé l’article. À bientôt sur le Daily Geek Show

Burkiciak Francine
Invité
Burkiciak Francine

Ce doit être un champignon Auris pour moi cela vient du mot oreille…????

Mathieu Cohen
Invité
Mathieu Cohen

Ma femme en a entendu parler à la radio, je lui ai dis que c’était n’importe quoi… Et puis je vois que le DGS en parle avec toutes ces infos… WTF !!

C’est vraiment flippant. Est ce que vous savez ce que fait la France par rapport à cette menace ?

ozerfil
Membre
ozerfil

Du calme : comme la grippe, ce champignon… virulent est surtout dangereux pour les patients immunodéprimés, nourrissons et vieillards – sans qu’on sache ce qui les tue – la maladie, le champignon ou (plus probablement) une combinaison des deux…

Je n’invente rien : c’est écrit dans l’article !