Le profit avant tout… Un arbre très ancien sera bientôt abattu pour un supermarché dans la Vienne

À Gençay, dans la Vienne, un cèdre du Liban risque l’abattage dans le seul but d’augmenter la surface d’un supermarché. Les internautes se liguent pour éviter les coups de tronçonneuse à cet arbre de 30 mètres de haut, 20 mètres d’envergure et 5 mètres de circonférence.

 

Un arbre bicentenaire condamné à être abattu

Ce cèdre du Liban a de quoi faire la fierté de ses habitants. Et pour cause, il habille la commune depuis plus de deux siècles. Mais ses jours sont comptés. En raison de la volonté d’un directeur de supermarché d’agrandir sa surface, il sera abattu en juin prochain.

La volonté du directeur de l’enseigne n’est pas partagée. Une jeune femme a décidé de partager son mécontentement face à cette situation sur les réseaux sociaux. Elle lance alors une pétition sur change.org où elle s’indigne face à la situation de ce cèdre qui “fait partie des plus grand arbres de France”.

De nombreuses personnes se mobilisent pour éviter que cet acte se produise. Depuis le lancement de la pétition en ligne, cette dernière a déjà récolté plus de 40 000 signatures pour épargner le cèdre d’un triste sort.

 

Faire partie d’un espace boisé classé pour être protégé

Le maire de Gençay, François Bock fait face à une situation délicate : “La mairie de Gençay n’est pas propriétaire du terrain et ne peut pas interdire l’abattage d’un arbre sur un terrain privé”, a-t-il expliqué à Positvr.

La législation actuellement en place ne permet pas de s’opposer à cet abattage en référence au code de l’urbanisme. « La mairie dispose d’un document d’urbanisme où plusieurs centaines d’arbres sont protégés dans un espace boisé classé (EBC) » poursuit François Bock.

« Les deux cèdres ne font malheureusement pas partie de ces EBC. Il est cependant possible de créer un EBC qui protégerait ces arbres. Cette opération nécessiterait la révision du “plan local d’urbanisme (PLU)« , conclut le maire de Gençay à Positvr. Une démarche qui peut s’avérer longue à mettre en place.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux