La sonde Cassini a dévoilé les sons qui émanent des anneaux de Saturne… Ils vont vous tétaniser

Après plus de dix ans de bons et loyaux services, la sonde Cassini a réussi avec brio une étape clé de sa dernière mission, explorant pour la première fois la zone se situant entre Saturne et ses anneaux. De son périple, la sonde a rapporté des enregistrements de sons émis par les anneaux de Saturne, le résultat est à la fois fascinant et inquiétant.

 

Une plongée entre Saturne et ses anneaux

La sonde Cassini est finalement retournée entre Saturne et ses anneaux après avoir réussi son premier voyage le 26 avril. En plus d’être parvenue à s’aventurer dans cette zone particulièrement mystérieuse et dangereuse – là où jamais aucun vaisseau n’était allé – Cassini nous révèle les sons qui se dégagent de l’intérieur des anneaux.

L’instrument RPWS (Radio and Plasma Wave Science) a pu enregistrer les ondes radio et plasma émises par les particules électrisées des anneaux pour ensuite les convertir en son.

 

Le son émis par le vide

En passant à travers les anneaux, l’instrument RPWS a détecté des centaines de particules électrisées, mais une fois arrivé dans l’intervalle qui sépare la planète de ses anneaux, celles-ci se sont raréfiées. L’espace émet un sifflement très particulier, mais tout reste étrangement calme au creux des anneaux de Saturne explique la NASA.

« C’était un peu perturbant, nous ne nous attendions pas à entendre cela » avoue William Kurth, le chef de l’équipe RPWS de l’Université d’Iowa. Même si ils ne sont pas aussi effrayants que ceux émis par Jupiter, les crissements provenant de l’intérieur des anneaux de Saturne donnent une idée de l’écho du vide intersidéral.

 

Un faible taux de poussière

Les scientifiques furent en effet très surpris de constater le faible taux de poussière présent dans cette zone. Quand les particules de poussière percutent les antennes de l’instrument RPWS, elles produisent des craquements et des bruits secs. Mais sur les enregistrement de Cassini, les sifflements de l’espace se révèlent clairement sans être occultés par le choc des particules de poussière, d’après la NASA.

«  J’ai réécouté les données issues du premier voyage plusieurs fois et je peux presque compter sur les doigts de ma main le nombre d’impacts de particules de poussière que j’entends » précise William Kurth.

L’ultime voyage de la sonde Cassini

Les voyages de la sonde Cassini ont permis de rapporter des données précieuses sur Saturne, son atmosphère et ses anneaux. En septembre prochain, Cassini tirera sa révérence dans une ultime manoeuvre du « Grand Final ».

En entrant en collision avec Saturne, la sonde brûlera dans l’atmosphère de la planète sans polluer ses satellites qui pourraient potentiellement abriter la vie…

Credit : NASA; Wikimedia Commons

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux