Vous pouvez enfin consulter gratuitement les carnets énigmatiques du génie Léonard de Vinci

Excellente nouvelle pour les passionnés d’histoire. Deux carnets de croquis ayant appartenu à l’illustre Léonard de Vinci viennent d’être numérisés en haute résolution par le Victoria and Albert Museum de Londres. Ils sont désormais consultables en ligne.

Des témoignages historiques d’une valeur inestimable accessibles à tous

Il y a quelques jours, le Victoria and Albert Museum de Londres a mis en ligne les pages numérisées de deux carnets ayant appartenu à Léonard de Vinci sur son site. Vous pouvez désormais feuilleter numériquement ces documents historiques et zoomer à loisir afin de percer les secrets de ces carnets d’une valeur inestimable, consignant réflexions, croquis et schémas de cet illustre peintre, architecte, inventeur et sculpteur italien ayant vécu durant la Renaissance.

Selon les historiens, Léonard de Vinci aurait commencé à consigner ses pensées dans des carnets vers 1480, alors qu’il travaillait comme ingénieur militaire et naval pour le compte du duc de Milan. À l’heure actuelle, le musée londonien dispose de cinq carnets du génie italien, plus connus sous le nom de « codices Forster », du nom de l’homme qui avait légué ces précieux documents à l’établissement en 1876, ayant été rédigés à Milan et Florence entre 1487 et 1505.

© Victoria and Albert Museum (capture d’écran)

Des carnets entièrement rédigés en écriture spéculaire

Fait étonnant, ces carnets ont été entièrement rédigés en écriture spéculaire, aussi appelée « écriture en miroir », qui, comme son nom l’indique, se lit de droite à gauche et nécessite un certain effort d’adaptation. L’emploi d’une telle technique d’écriture reste aujourd’hui largement sujet à débat, certains experts estimant qu’il s’agit pour le maître d’une façon de coder ses travaux, tandis que d’autres évoquent une raison purement pratique : Léonard de Vinci était gaucher.

Comme l’explique le site du Victoria and Albert Museum : « Les grands écrivains et penseurs de l’époque avaient souvent recours à l’écriture en miroir. Il s’agissait donc d’une forme tout à fait répandue durant la Renaissance. Le père de Léonard de Vinci, qui était notaire, l’utilisait également ».

À l’occasion du 500e anniversaire de la mort du génie italien, le Victoria and Albert Museum mettra en ligne courant 2019 les versions numérisées des trois autres carnets du maître dont il dispose.

>>> Consulter les carnets de De Vinci en ligne

© Victoria and Albert Museum (capture d’écran)

Il n’y a point de génie sans un grain de folie.

— Aristote