bacterie-dent
Images au microscope des « superorganismes » mobiles récemment découverts, composés de bactéries (en vert) attachées à des filaments fongiques (en bleu) — © Penn Dental Medicine

Des scientifiques ont découvert que les bactéries et les champignons présents dans la salive humaine et responsables des caries pouvaient s’associer pour former des « superorganismes », capables de développer des membres pour ramper entre vos dents et même sauter.

Une alliance bactérie-champignon

Lors de l’examen d’échantillons de salive d’enfants souffrant de graves caries, les chercheurs de l’université de Pennsylvanie avaient remarqué que deux espèces étaient impliquées dans leur formation : la bactérie Streptococcus mutans et le champignon Candida albicans. Une analyse approfondie avait révélé que ces assemblages étaient constitués de communautés de bactéries fixées à un réseau de filaments fongiques à l’aide d’un polymère extracellulaire.

Plus résistants aux antimicrobiens que les deux espèces prises individuellement, ces superorganismes adhéraient également mieux aux dents.

Cette découverte inattendue a poussé l’équipe à les cultiver en laboratoire sur un matériau semblable à l’émail dentaire, incubés dans de la salive humaine, et à les observer à l’aide d’un microscope. Bien qu’aucune des deux espèces ne puisse se déplacer seule, les chercheurs ont constaté que ces assemblages étaient capables d’utiliser leurs projections fongiques pour ramper sur la surface de la dent à une vitesse d’environ 40 microns par heure.

carie-dent-bacterie
— Crevis / Shutterstock.com

Plus étrange encore, ils pouvaient également faire des bonds de plus de 100 microns, ce qui, rapporté à leur taille, représente une distance quatre fois plus importante que celle que peuvent couvrir les grenouilles.

« C’est presque un nouvel organisme »

« Ils possèdent ce que nous appelons des ‘fonctions émergentes’, de nouvelles capacités qu’ils ne pourraient pas développer seuls », explique Hyun Koo, co-auteur de la nouvelle étude, publiée dans la revue PNAS. « C’est presque comme un nouvel organisme, un superorganisme. »

L’équipe affirme que cette nouvelle mobilité aide les microbes à coloniser les dents plus efficacement. Au cours de tests en laboratoire sur de vraies dents humaines, celle-ci a constaté que la fréquence et l’ampleur des caries étaient étroitement liées à la croissance de ces amas.

« Trouver des moyens d’empêcher la formation de ces assemblages pourrait permettre de prévenir efficacement la carie dentaire chez l’enfant », conclut Koo.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments