— Ed Connor / Shutterstock.com

En plein confinement et en début de déconfinement, plusieurs pays auront un nouveau problème sous le coude : la canicule. Les pays du sud-est de l’Europe et du Proche-Orient vont effectivement faire face à une vague de chaleur caniculaire au cours des prochains jours. La météo annonce plus de 41 degrés en Grèce et plus de 45 degrés en Turquie.

Du jamais-vu en Grèce depuis cinquante ans

En Grèce, la température est montée à plus de 40 degrés. D’après l’institut météorologique d’Athènes, un tel phénomène n’aurait pas touché le pays depuis un demi-siècle. La vague de chaleur se fait d’autant plus ressentir avec les mesures sanitaires à respecter pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Le pays est passé au déconfinement partiel le 4 mai dernier. La plupart des commerces d’alimentation, de première nécessité et les commerces de détail ont donc repris leurs activités depuis. Malgré cela, la population a toujours du mal à se soulager de la chaleur. Ainsi, le gouvernement a autorisé l’ouverture des plages aménagées. Ces dernières ont été prises d’assaut en dépit des mesures mises en place, dont l’instauration de quatre mètres de distance entre chaque parasol et l’interdiction du service au bar.

La situation n’est pas meilleure en Turquie et en Israël

D’après la presse turque, le week-end dernier aurait été le plus chaud en Turquie en 75 ans. Il a fait plus de 40 degrés à Antalya et 45 degrés à Tire. Malheureusement pour les Turcs, ces derniers sont toujours en plein confinement strict. Ainsi, il n’est pas question d’aller à la plage pour eux. Une exception a toutefois été accordée aux plus de 65 ans qui ont pu sortir dimanche.

La vague de chaleur a également touché Israël. À Tel-Aviv et à Eilat, les températures ont aussi dépassé les 40 degrés. Conscient de la gravité de la situation, le nouveau ministre de la Santé, Yuli Edelstein, a donc décidé de lever l’obligation de porter un masque dans les écoles et dans les espaces publics pendant une semaine. Selon lui, les protections contre le coronavirus doivent être prises au sérieux. Cependant, la vague de chaleur représente également un danger.

Notons que la chaleur se présente régulièrement au Proche-Orient à la fin du printemps. Cependant, cette vague de chaleur durerait plus longtemps et viendrait avec des températures record. Ainsi, elle représente un risque supplémentaire pour la santé publique, en dehors de la pandémie de coronavirus.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de