— ABO PHOTOGRAPHY / Shutterstock.com

De nouvelles recherches ont mis en évidence des taux de survie nettement plus élevés chez les patientes ayant reçu un diagnostic précoce de cancer du sein triple négatif qui prenaient des statines.

« Les recherches précédentes avaient considéré le cancer du sein comme une seule maladie »

Présentée dans la revue Cancer, cette nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université du Texas offre l’examen le plus poussé à ce jour de la relation entre la prise de statines (couramment utilisées pour réduire les niveaux de cholestérol) et la survie chez les patientes atteintes d’un cancer du sein.

Trois récepteurs sont couramment présents dans de nombreux cancers du sein et constituent des cibles précieuses pour les médicaments. Cependant, environ 15 % des cancers du sein ne possèdent aucun de ces récepteurs communs. Connus sous le nom de cancers du sein triple négatifs, ceux-ci s’avèrent plus difficiles à traiter que les autres types.

« Il existait un certain nombre de publications sur les statines et le cancer du sein », explique Kevin Nead, auteur principal de l’étude. « Mais les recherches précédentes avaient considéré le cancer du sein comme une seule maladie, malgré l’existence de nombreux sous-types. Nous avons souhaité concentrer nos recherches sur cette forme particulièrement agressive de cancer du sein dont les options de traitement efficaces sont limitées. »

— nobeastsofierce / Shutterstock.com

L’équipe a examiné les données de 23 192 femmes atteintes d’un cancer du sein, en accordant une attention toute particulière à « l’utilisation fortuite de statines », définie comme une prise régulière de ces composés ayant commencé dans l’année suivant le diagnostic initial de cancer du sein.

Un taux de survie 58 % plus élevé

Il s’est avéré que les patientes prenant « fortuitement » des statines étaient 58 % plus susceptibles de survivre à leur cancer du sein, avec une période de suivi médiane d’environ trois ans. L’association entre la survie et les statines étant la plus forte chez les femmes atteintes d’un cancer du sein triple négatif à un stade précoce et prenant une dose élevée de statines. L’étude a également révélé une augmentation des taux de survie globale chez les patientes prenant spécifiquement des statines lipophiles.

La manière exacte dont les statines pourraient augmenter les taux de survie chez les patientes atteintes d’un cancer du sein reste assez obscure. Une étude de l’American Heart Association publiée plus tôt cette année suggère que leur utilisation pourrait réduire les lésions du muscle cardiaque causées par la chimiothérapie, ce qui pourrait augmenter les taux de survie globale dans les années suivant la guérison du cancer.

— Photographee.eu / Shutterstock.com

Il est également possible que les statines agissent directement sur les cellules cancéreuses. Des recherches menées l’année dernière avaient montré que les statines pouvaient induire directement la mort cellulaire dans les cancers présentant une mutation génétique particulière. Cependant, celles-ci avaient été exclusivement menées sur des cultures de cellules modifiées en laboratoire : il n’existe actuellement aucune preuve solide de l’interaction directe des statines avec les cellules cancéreuses chez les patients humains.

Mieux cerner le rôle des statines

Selon Nead, il est aujourd’hui nécessaire de mener des recherches prospectives spécifiques sur le rôle potentiel des statines dans le traitement du cancer du sein, en particulier dans le contexte du cancer du sein triple négatif.

« Nous savons que les statines diminuent la division des cellules du cancer du sein et augmentent la mort cellulaire », explique le chercheur. « Notre étude montre qu’il existe une association entre les statines et l’amélioration des résultats pour ce type de cancer du sein. Il est temps d’approfondir cette idée via un essai prospectif. »

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de