— Picture Partners / Shutterstock.com

Alors que la recherche et le développement de substances s’attaquant aux cellules cancéreuses et inhibant la croissance des tumeurs se poursuivent, des scientifiques ont découvert que les champignons de Paris pouvaient empêcher la croissance des tumeurs de la prostate et induire d’autres signes d’activité anticancéreuse chez la souris.

Un traitement surprenant

Présentée dans le Journal of Nutritional Biochemistry, cette recherche a été menée par Shiuan Chen, du centre de recherche sur le cancer City of Hope, dont les précédents travaux sur les champignons et le cancer avaient offert des résultats intrigants. Dans le cadre d’un essai clinique de phase 1, de l’extrait de champignon de Paris avait été administré sous forme de poudre à des patients atteints d’un cancer de la prostate récurrent, ce qui avait semblé se traduire par une baisse des niveaux d’antigènes prostatiques spécifiques (PSA) dans leur sang.

Si des niveaux élevés de PSA peuvent servir de biomarqueur pour le cancer de la prostate, ils peuvent aussi être le résultat d’infections ou de tumeurs tout à fait bénignes qui ne nécessiteront jamais de traitement. Par conséquent, ce type de diagnostic peut très souvent conduire à des biopsies inutiles, s’avérant physiquement et psychologiquement éprouvantes pour les patients (avec jusqu’à 75 % des hommes présentant des taux élevés de PSA obtenant des résultats négatifs à leurs biopsies).

Quoi qu’il en soit, pour Chen et son équipe, les effets de la poudre de champignon sur les niveaux de PSA étaient suffisamment significatifs pour approfondir les recherches. Ceux-ci ont donc élaboré de nouvelles expériences pour étudier les mécanismes à l’origine de cette relation, en commençant par des cellules cancéreuses de la prostate exposées à de l’extrait de champignon de Paris en laboratoire. L’équipe a ainsi découvert que l’extrait supprimait l’activité des récepteurs d’androgènes, dont les cellules cancéreuses dépendent pour se développer.

En 2019, une vaste étude d’observation avait lié la consommation régulière de champignons à une diminution significative du risque de développer un cancer de la prostate — Image Point Fr / Shutterstock.com

Des résultats significatifs sur les souris porteuses de tumeurs humaines de la prostate

« Les androgènes, un type d’hormone sexuelle mâle, favorisent la croissance des cellules cancéreuses de la prostate en se liant au récepteur androgénétique, protéine étant exprimée dans les cellules de la prostate, et en l’activant », explique Xiaoqiang Wang, coauteur de l’étude. « Les champignons de Paris semblent supprimer l’activité dudit récepteur. »

Lors d’autres expériences, l’équipe a traité des souris auxquelles on avait implanté des tumeurs humaines de la prostate avec de l’extrait de champignon de Paris. Après six jours de traitement, les scientifiques ont constaté que la croissance tumorale avait été en grande partie stoppée et ont également observé une diminution significative des niveaux de PSA.

« Nous avons découvert que les champignons de Paris contiennent des substances chimiques capables de bloquer l’activité des récepteurs androgénétiques chez les modèles de souris, ce qui indique que ce champignon peut réduire efficacement les niveaux de PSA », explique Wang. « Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires, il est possible que les champignons de Paris puissent un jour contribuer à la prévention et au traitement du cancer de la prostate. »

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de