© Stadtarchiv Hagen

Récemment, un professeur d’histoire de la ville de Hagen en Allemagne a fait une découverte plus qu’impressionnante en faisant un simple ménage chez sa tante. Lorsqu’il s’est rendu chez elle pour l’aider à nettoyer sa maison, fortement touchée par les inondations en Rhénanie, il ne s’attendait sûrement pas à découvrir un ensemble colossal d’artefacts nazis caché derrière un mur.

Une collection impressionnante d’artefacts nazis

Sebastian Yurtsteven, professeur d’histoire dans la ville de Hagen, a fait cette découverte à la fin du mois de juillet lorsqu’il nettoyait la maison de sa tante, particulièrement touchée par les fortes pluies et les inondations ayant eu lieu dans la région. Il a raconté au Westfalen Post qu’il avait arraché un morceau de plâtre du mur, qui s’était lui même effondré suite aux inondations. Il a alors découvert un trou dans un autre mur qui se cachait derrière. C’est dans cet espace qu’il a découvert cette effroyable collection d’artefacts nazis. Ces objets étaient soigneusement dissimulés depuis plus de 75 ans.

Parmi ces artefacts nazis, on trouve des insignes et des médailles ornées d’aigles et de croix gammées, symboles de l’Allemagne nazie, mais également un portrait d’Adolf Hitler, des armes (revolver et poing américain), des masques à gaz, un journal datant de 1945 et des boîtes de documents. Lorsqu’il a fait cette découverte, Yurtsteven déclare qu’il a « eu la chair de poule ». L’ensemble de ces artefacts a été récupéré par les archives de la ville de Hagen et devraient bientôt être examinés. Par la suite, certains seront indexés dans les archives et mis à disposition pour la recherche ; d’autres seront exposés dans un nouveau musée de la ville.

© Stadtarchiv Hagen

Cette collection d’objets semble avoir été cachée en 1945, lors des derniers mois du gouvernement nazi et au moment où les Alliés progressaient de plus en plus à travers l’Allemagne. Les historiens supposent que cette collection a été cachée dans la précipitation par ses propriétaires, ne voulant pas être arrêtés pour leur idées nazies. Andreas Korthals, archiviste au sein d’une agence de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (la Stadtarchiv Hagen), déclare à LiveScience que « les objets se trouvaient dans un puits étroit entre deux maisons. Ils ont probablement été dissimulés dans cette crevasse en avril 1945, lorsque les troupes américaines ont défilé. »

L’enseignant déclare que sa famille a acheté la maison dans les années 1960. Ils n’étaient pas au courant qu’il s’agissait d’un ancien bureau du NSV.

© Stadtarchiv Hagen

Une ancienne agence du NSV, « équivalent » de l’aide sociale dans l’Allemagne nazie

Des recherches avancées ont permis de découvrir que la maison servait autrefois de bureau local du NSV (Nationalsozialistische Volkswohlfahrt), déclare M. Korthals. Cette organisation nazie avait un objectif d’aide sociale. L’historien et archiviste ajoute également que « cette découverte est importante sur le plan historique et scientifique. On savait peu de choses sur le NSV, bien qu’il ait joué un rôle important dans le travail de soutien de la ‘communauté nationale’ du NSDAP pendant les années 1930 et la Seconde Guerre mondiale. »

© Stadtarchiv Hagen

Il estime que les propriétaires de ces objets nazis ont probablement utilisé le revolver et le poing américain lors de potentiels combats de rue contre les communistes. Les insignes et les médailles auraient a priori fait partie d’un « coin mémoire » dans ce bureau du NSV. Le portrait d’Hitler, lui, était sans aucun doute affiché sur le mur du bureau. Les boîtes remplies de documents ont révélé qu’il s’agissait de documents du NSV ainsi que des dossiers sur les femmes enceintes de la région. Korthals rapporte que « les découvertes de ce type sont extrêmement rares et offrent maintenant aux archives de la ville la possibilité d’en savoir plus sur le fonctionnement d’une agence du NSV ».

Le NSV était l’une des organisations les plus puissantes et les plus populaires sous l’Allemagne nazie. En 1943, elle recensait plus de 17 millions de membres. Pourtant, créer un système d’aide sociale n’était pas l’une des priorités des nazis. L’Infrastructure européenne de recherche sur l’Holocauste (EHRI) a révélé que son objectif premier était de remplacer, de dépasser des organisations telles que la Croix-Rouge ou les œuvres de charité de l’église. Il s’agissait d’un nouveau moyen pour eux de diffuser l’idéologie nazie et d’avoir encore plus de pouvoir par le biais de l’aide sociale. Ce qu’ils proposaient était notamment la fourniture de nourriture et de masques à gaz, le traitement médical des victimes des bombardements et l’évacuation des enfants vers les zones rurales.

© Stadtarchiv Hagen

Cet ancien bureau du NSV était divisé en huit cellules rapporte Blank, directeur des archives de la ville au Westfalenpost. Il révèle qu’à la fin de la guerre, le patron de cette agence (ou du moins le signataire de nombreux documents découverts, donc sûrement le directeur) a été employé par une agence fédérale et est décédé au milieu des années 1960.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de