Les fouilles archéologiques permettent de faire des découvertes culturelles inestimables. Un site en Bretagne abritait ainsi une partition datant du XVe siècle qui a été retranscrite et chantée. Découvrez à quoi ressemblait ce chant, véritable témoignage historique.

En pleine fouille du couvent des Jacobins de Rennes, des archéologues ont mis au jour une pierre au message intriguant. Gaetan Le Cloirec, archéologue à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) présent sur le site de 2011 à 2013, se souvient de motifs atypiques, loin de ceux déjà observés. « Ce n’était pas la première que nous en trouvions. Certaines présentaient des esquisses de marelles, d’autres des dessins de bateaux. Mais celle-ci nous est apparue très particulière ». 

Vue du chantier de fouilles du Couvent des Jacobins © Wikipedia / VIGNERON

Sur cet objet d’une vingtaine de centimètres, il est possible d’observer des gravures. Si au premier abord, elles ne semblent rien représenter, on peut voir quatre lignes sur lesquelles sont inscrites des notes. La seule différence notable avec nos partitions actuelles est que les notes sont en forme de losange. Alors que le solfège s’inscrit sur 5 lignes, ces 4 lignes montrent bien que la pierre renferme un chant datant du XVe siècle.

C’est grâce à Dominique Fontaine, soprano et spécialiste des musiques religieuses anciennes, que la partition a pu être déchiffrée. Pour la chanteuse, il est difficile de dire s’il s’agit d’une œuvre originale ou d’un simple essai. Cependant, la partition est un témoignage majeur. Elle présente une partition dite en mode « La aéolien », une forme relativement tardive dans la musique religieuse européenne.

A l’époque, la musique religieuse ne se composait qu’en 4 formes ré, mi, fa et sol. Pour Dominique Fontaine, ce détail est encore plus amusant car « ce mode de La est actuellement très populaire dans la musique traditionnelle celtique… et plus largement dans le Heavy metal ». Cet air marque donc une évolution dans la conception musicale religieuse mais montre également son influence dans la musique future.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de