Une équipe internationale de paléontologues a récemment décrit un nouveau genre et une nouvelle espèce d’amphibien temnospondyle. Ce fossile, mis au jour dans la formation de Sanga do Cabral au Brésil, date du début du Trias, il y a environ 249 millions d’années. 

Le fossile de Kwatisuchus rosai

Le nouveau venu dans le monde de la paléontologie a été baptisé Kwatisuchus rosai. Cette espèce, mesurant environ 1,5 mètre de long, appartient à la famille des Benthosuchidae, un groupe d’amphibiens géants qui vivaient durant le Trias. Ces amphibiens, semblables à de grands crocodiles, menaient une vie principalement aquatique dans des rivières et des lacs. Leur taille pouvait atteindre jusqu’à 2,5 mètres mais, étonnamment, ils ne possèdent aucun descendant direct connu à ce jour.

Le crâne fossilisé de Kwatisuchus rosai a été découvert en août 2022. Son identification est le résultat d’une collaboration internationale entre des paléontologues de l’Universidade Federal do Pampa et de l’Universidade Federal do Vale do São Francisco au Brésil, ainsi que de l’université de Princeton et de l’université Harvard. 

Le Dr Felipe Pinheiro, de l’Universidade Federal do Pampa, et son équipe ont joué un rôle déterminant dans la classification de cet amphibien en tant que membre des Benthosuchidae. Ce groupe était auparavant censé être limité à l’Europe de l’Est. Les analyses phylogénétiques ont confirmé le lien étroit de Kwatisuchus rosai avec le genre Benthosuchus et son affiliation à la branche des trématosaures.

Un survivant de l’extinction massive

Le Dr Pinheiro, auteur principal d’un article publié dans The Anatomical Record, a souligné que Kwatisuchus rosai était un survivant dans un monde post-apocalyptique, ayant vécu après la plus grande extinction de masse sur Terre. Cette période a vu l’anéantissement de nombreuses formes de vie, mais les temnospondyles, comme Kwatisuchus rosai, ont prospéré en s’adaptant à des conditions environnementales extrêmes. En effet, ils permettent de comprendre les effets des extinctions sur la Terre. 

Le Dr Estevan Eltink de l’Universidade Federal do Vale do São Francisco a ajouté que les temnospondyles ont non seulement survécu à cette grande extinction mais ont également eu une longue histoire à travers les périodes géologiques. Leurs multiples phases d’expansion au fil des millions d’années témoignent de leur adaptabilité et de leur résilience.

La découverte de Kwatisuchus rosai n’est pas seulement une avancée pour la paléontologie, elle offre aussi une fenêtre unique sur la vie durant une période cruciale de l’histoire de la Terre. Les informations recueillies grâce à ce fossile contribuent à la compréhension de l’évolution, de la survie et de l’adaptation des espèces face aux changements environnementaux dramatiques. 

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments