C’est une nouvelle terrible pour l’environnement. En place depuis moins d’un mois, le gouvernement de Bolsonaro a annoncé la mise en place d’un vaste plan d’urbanisation visant à assurer le développement économique de la région amazonienne, qu’il juge « désertique et improductive ».

 

Un projet pharaonique pour « dynamiser » l’Amazonie

Parmi les importants projets de construction prévus par le ministre Santa Rosa dans l’État du Pará figurent notamment la construction d’un barrage hydroélectrique sur la rivière Trombetas, un pont d’1,5 kilomètre sur l’Amazone, ainsi que le prolongement de la route nationale 163 en direction du nord sur une distance d’environ 480 kilomètres. Ces mesures ont été annoncées à l’occasion d’une interview exclusive sur la radio nationale, ce qui à permis au ministre d’éviter soigneusement toute question concernant l’impact environnemental d’un tel projet.

La région amazonienne a été présentée comme « un territoire improductif et désertique » qui « gagnerait grandement à être intégré au système économique national ». Selon Santa Rosa, le barrage permettrait d’augmenter la productivité des entreprises de la région, tandis que le prolongement de la route 163 à travers la forêt amazonienne faciliterait le transport du soja jusqu’à la frontière nord du pays. Problème de taille : le ministre n’a pas évoqué la destruction de la forêt amazonienne engendrée par ces constructions, ni fait mention des peuples indigènes auxquels ces terres appartiennent.

© Neil Palmer/Flickr

 

La forêt tropicale amazonienne en grand danger

Pour Lucia Andrade, coordinatrice d’une ONG brésilienne de défense des droits des indigènes : « Ce projet aura un impact environnemental désastreux pour la planète et mettra en péril une région et des tribus indigènes devant être protégées par tous les moyens ». Ajoutant que le fait que les autorisations environnementales, qui dépendaient auparavant du ministère de l’Environnement, aient récemment été transférées au ministère de l’Agriculture rend ce vaste plan d’autant plus préoccupant. À elle seule, la région des Trombetas abrite quatre réserves autochtones, huit communautés quilombo, et cinq unités de conservation.

Dernier né d’une longue série de projets de construction aux coûts pharaoniques destinés à développer l’Amazonie au moyen de routes, barrages, voies navigables et chemins de fer, le plan Barão do Rio Branco devrait être officiellement confirmé dans les deux prochains mois par un décret présidentiel. Ce qui permettra au gouvernement de Bolsonaro d’éviter tout contrôle initial du Congrès et toute étude environnementale préalable. Mais celui-ci devra dans tous les cas être validé par l’assemblée législative brésilienne dans les trois mois qui suivent, sous peine d’être annulé.

Le gouvernement n’a pour l’instant pas évoqué comment ce projet nécessitant des milliards de dollars d’investissement serait financé, alors que le Brésil est soumis à des mesures d’austérité strictes concernant ses dépenses publiques.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de