—Boxingfan1995 / Wikimedia Commons

En voilà un qui aurait mieux fait de tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler : il s’agit du champion de boxe britannique Billy Joe Saunders, qui a récemment fait scandale en expliquant comment bien battre sa femme en cas de dispute en cette période de confinement. Ces propos nous semblent tout bonnement scandaleux, et ce, d’autant plus que les violences conjugales sont en hausse depuis le début du confinement.

Ce champion du monde de boxe poids moyen dispensait ses « conseils » aux hommes dans une vidéo postée il y a quelques jours. Utilisant un punching-ball, il montrait comment faire au cas où “votre bonne femme (venait) vers vous pour vous cracher son venin à la gueule” : la solution est de « la frapper au menton ou bien de la mettre KO ». Nous notons que la violence de ses actions se mêle à la violence de ses propos. Le boxeur a donc été contraint ce samedi de s’excuser, et a déclaré qu’il était désolé s’il avait « offensé les femmes ». Dans un tweet publié ce même jour, il déclare : “Je ne ferai jamais l’éloge de la violence conjugale et si je voyais un homme toucher une femme, je le réduirais moi-même en miettes – j’ai une fille et si un homme osait lui faire du mal, ça ne se terminerait pas bien.« 

La situation du boxeur a depuis changé : ce lundi 30 mars, il a été suspendu provisoirement de la Fédération britannique de boxe anglaise professionnelle par le British Boxing Board of Control (BBBofC). Il devrait être auditionné prochainement pour répondre de ses propos. Il s’est en outre engagé à donner l’équivalent de 28.000 euros à des associations de lutte contre les violences conjugales. Interrogé par la radio Talksport, il reconnaît à ce jour une “stupide erreur” et ajoute : “Il y a des gens qui meurent dans le monde entier avec le coronavirus et j’essayais juste de détendre l’atmosphère. Mon sens de l’humour n’est pas la tasse de thé de tout le monde.”

Une augmentation significative des violences conjugales a pu être constatée depuis le début du confinement. Selon Marlène Schiappa, rien qu’en France, “nous observons qu’il y a +32 % de signalements de violences conjugales en zone gendarmerie en une semaine et +36 % dans la zone de la préfecture de police de Paris en une semaine également”. Pour tenter de faire face à cette recrudescence, Christophe Castaner a annoncé qu’il était possible pour les personnes victimes de violences conjugales d’appeler à l’aide en se rendant chez le pharmacien. L’efficacité d’un tel dispositif reste toujours à prouver.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de