Une découverte terrible : certains bourdons développent une addiction aux néonicotinoïdes

Une récente étude vient de révéler que les bourdons aussi ont leurs addictions. Ils seraient accro… à certains pesticides. Après une exposition prolongée, les bourdons développent une nette préférence pour les aliments traités aux néonicotinoïdes !

Une expérience sur les bourdons

Nombreuses sont les études à s’intéresser aux effets des pesticides sur les insectes pollinisateurs. Mais peu sont en mesure de démontrer de tels résultats. L’étude en question a été menée par une équipe de chercheurs de l’Imperial College de Londres.

L’expérience a été menée pendant 10 jours. L’étude consistait à voir comment les bourdons se nourrissaient. Les insectes avaient le choix parmi une gamme de « repas » à base de saccharose contenant différentes concentrations du pesticide néonicotinoïde allant de 0,2 à 11 parties par milliard (ppm). Ces doses ressemblent à celles que les bourdons rencontrent dans leur environnement naturel, imitant ainsi l’exposition chronique au pesticide.

Des résultats étonnants

Les chercheurs ont alors constaté que les visites sur les mangeoires contenant le plus de pesticides augmentaient avec le temps. Même lorsque la position des mangeoires changeait, les insectes étaient toujours de plus en plus nombreux à consommer les aliments traités au pesticide. Les bourdons modifiaient leur comportement, et par là même les habitudes de l’ensemble de la colonie.

La conclusion indique que « la préférence croissante pour la consommation des aliments traités aux néonicotinoïdes augmente donc le risque d’exposition pour la colonie lors d’une exposition prolongée aux pesticides ».

L’étude montre donc que les bourdons développent une sorte d’addiction pour les pesticides, comparable à notre addiction au tabac. Il faut donc prendre en compte ces troubles du comportement chez les insectes butineurs dans de futures recherches pour réellement comprendre l’impact des pesticides. Comme l’expliquent les auteurs de l’étude, « nos résultats soulignent la nécessité d’intégrer l’attractivité des pesticides aux bourdons (et potentiellement à d’autres insectes pollinisateurs) ».


La pyramide de Khéops est la seule des 7 merveilles du monde à être encore debout

— @DailyGeekShow