Si les bords de route sont généralement faits de pelouse parfaitement tondue, ce n’est pas le cas dans certaines villes d’Angleterre. Une association incite les municipalités à laisser les plantes pousser afin de sauvegarder la biodiversité. Une initiative qui apporte vie et couleurs dans les villes.

QUELLE EST LA DÉMARCHE DE CETTE ASSOCIATION ?

Plantlife est une association qui agit depuis 2013 pour préserver la biodiversité notamment en milieu urbain. L’une de ses dernières campagnes vise à stopper la tonte des pelouses longeant les routes municipales. Véritables nids à biodiversité, ils permettent l’épanouissement de fleurs et la prolifération d’insectes.

Cependant, convaincre les municipalités d’arrêter de tondre n’est pas toujours facile. L’association met donc en avant le fait qu’il s’agit d’une démarche écologique mais aussi économique. En effet, stopper la tonte signifie ne plus faire appel à des machines coûteuses ou gourmandes en énergie.

UNE INITIATIVE TRÈS PRÉSENTE DANS LE NORD

Avec ces arguments, plusieurs villes du pays ont choisi de laisser la nature se développer le long de leurs routes. Le nord du pays est le plus réceptif à cette démarche. Parmi les villes qui ont laissé fleurir les bordures, on trouve Rotherham, Nottinghamshire, Derbyshire, Birmingham, Newcastle et Sheffield.

En tondant une seule fois par an, certaines villes économisent tous les 2 ans près de 25 000 euros. Mais les avantages ne sont pas qu’économiques. La multiplication des fleurs permet également le retour d’insectes pollinisateurs.

LE RETOUR DES FLEURS SAUVAGES

En l’espace d’un siècle, la densité de fleurs sauvages au Royaume-Uni a diminué de 97 % d’après Plantlife. Avec sa campagne de sensibilisation, l’association tente de redonner de sa superbe à la nature. Elle veut aussi lutter contre cet instinct qui pousse les municipalités à tondre dans un souci esthétique.

Si les premiers résultats sont visibles, ils sont déjà bénéfiques. En plus de donner un visage plus coloré aux abords des routes, les fleurs sauvages donnent le sourire aux automobilistes. D’après une experte en écosystème, cela aiderait même à réduire le stress. Une démarche qui n’a que des bons côtés et que l’on espère voir se développer davantage en France.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de