Des scientifiques viennent de créer un bois révolutionnaire qui résiste à l’eau et au feu

Un bois artificiel plus solide que le bois naturel, qui résiste à l’eau et au feu, a été créé par une équipe de chercheurs, dirigée par Yu Shuhong, professeur à l’Université des sciences et technologies de Chine à Hefei, dans la province de l’Anhui (Chine orientale). Ce bois représente une solution sérieuse face à la crise écologique à laquelle nous faisons face.

 

Une structure plus légère et plus forte

Une équipe de l’Université des sciences et technologies de Chine a mis au point un bois artificiel qui montre d’étonnantes propriétés. Un travail que l’on peut qualifier de majeur tant les possibilités de matériaux alternatifs sont nombreuses.

Le bois artificiel est fait à partir de résine de polymère, de chitosane, et d’un sucre de polymère – dérivé des crevettes et des crabes -. L’ensemble est lyophilisé pour une structure qui deviendra d’abord pleine de mini-pores et de canaux soutenus par la chitosane. Ensuite, elle est chauffée à une température proche des 200 degrés, forgeant ainsi de solides liaisons chimiques.

Contrairement au bois naturel, ce bois synthétique possède quelques caractéristiques intéressantes. Il a ainsi été testé et comparé avec de bois de Balsa grâce à des échantillons baignés dans un bain d’eau pure et dans un bain d’acide sulfurique pendant 30 jours. Les chercheurs ont observé que le bois artificiel repoussait l’eau et y résistait fortement, par comparaison, dans le même exercice, le bois naturel perdait les deux tiers de sa solidité.

Même constat avec le bain d’acide, là encore, le bois artificiel s’est montré plus résistant. Les chercheurs ont aussi remarqué que le bois naturel perdait près de 40 % de sa résistance par écrasement par comparaison au bois artificiel. Enfin, le bois artificiel résiste au feu : très difficile à enflammer, il s’arrête même de brûler lorsqu’il n’est plus en contact avec le feu.

 

La porte vers de nouvelles alternatives

Soulignée par Lennart Bergström, un scientifique de l’Université de Stockholm en Suède, la porosité de la structure offre une bonne capacité de piégeage de l’air, de quoi faire un isolant idéale. Yu Shuhong rajoute qu’étant donné ses avantages, le bois artificiel pourrait remplacer le bois naturel et être utilisé dans des conditions difficiles ou extrêmes.

Lennart Bergström va aussi dans ce sens puisque, selon lui, des alternatives écologiques à base de résines polymères pourraient également stimuler l’intérêt pour le matériau. Un autre point positif à retenir est que ce bois artificiel n’a pas la contrainte de « l’arbre »: il y a un gain de temps considérable sur la production de bois, puisqu’il ne faut pas attendre que l’arbre grandisse pour pouvoir le couper.

© wikipedia/MarcJP46

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux