Cette petite bibliothèque au large des côtes du Maine collectionne les livres interdits.
Alors que les livres sont de plus en plus contestés aux États-Unis, la bibliothèque de l’île de Matinicus est un refuge isolé pour les amoureux de la littérature controversée.

Un havre de paix sans censure

Située à une vingtaine de kilomètres des côtes du Maine, l’île de Matinicus compte une centaine de résidents, selon l’Associated Press (AP). Dans une si petite communauté, la philosophie « vivre et laisser vivre » est centrale pour les résidents. C’est ce qui fait de la bibliothèque de Matinicus Island le lieu idéal pour accueillir la littérature la plus contestée du pays.

Des classiques de la littérature comme Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee, La Servante écarlate de Margaret Atwood et Les Raisins de la colère de John Steinbeck se trouvent sur les étagères de la bibliothèque. On retrouve également des ouvrages modernes comme Et avec Tango, nous voilà trois ! de Peter Parnell et Justin Richardson. La bibliothèque espère par ailleurs obtenir des exemplaires de Maus d’Art Spiegelman.

L’Office for Intellectual Freedom de l’American Library Association enregistre les tentatives de retrait de livres des bibliothèques, des écoles et des universités. Selon l’association, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur a été interdit en raison des thèmes raciaux et pour adultes qui sont développés dans l’ouvrage. Les Raisins de la colère a été interdit pour son utilisation de blasphèmes et de références sexuelles considérées comme inappropriées. Et avec Tango, nous voilà trois !, fondé sur l’histoire vraie de deux pingouins mâles qui ont élevé un poussin ensemble au zoo de Central Park, est l’un des livres les plus contestés du pays pour sa représentation d’un couple homosexuel. M. Murray a acheté un exemplaire de ce livre d’images lors d’un récent voyage sur le continent, selon l’AP.

« Nous achetons des livres interdits afin de nous opposer publiquement à la tendance à l’interdiction des livres. Pour dire : Si vous ne voulez pas de ce livre dans votre bibliothèque, nous voulons qu’il soit dans la nôtre », a déclaré Mme Murray au Bangor Daily News.

Une bibliothèque pour favoriser l’accès aux livres des résidents insulaires

Sur une île aussi isolée que celle-ci, l’accès aux livres n’a pas été une chose forcément évidente pour les résidents. Avant que cette bibliothèque n’existe, les résidents se partageaient et s’échangeaient des livres, se faisaient envoyer des livres grâce au programme Books by Mail de la bibliothèque de l’État du Maine. Certains même fouillaient dans les poubelles et le centre de recyclage de l’île pour trouver des livres jetés par leurs voisins ! Il y a plus de 40 ans, les adolescents locaux ont même créé leur propre programme de prêt, mais qui n’a pas duré longtemps.

Les habitants de l’île ont finalement décidé qu’ils avaient besoin d’une bibliothèque plus officielle. La bibliothèque de l’île de Matinicus a ainsi été fondée en 2016, après que Murray et un groupe d’habitants ont rénové un hangar donné à titre gratuit par un des résidents. La bibliothèque a obtenu le statut d’organisme à but non lucratif. Désormais, ses étagères sont remplies de guides de terrain et de livres donnés en bon état.

Grâce à une subvention de la Stephen and Tabitha King Foundation, un organisme privé à but non lucratif du Maine qui se concentre sur le soutien des initiatives communautaires, la bibliothèque a ajouté un hangar attenant en 2020. C’est là que la salle des enfants a été ouverte l’été dernier, pour le plus grand plaisir des enfants et de leurs parents.

Une bibliothèque gérée par des bénévoles

La bibliothèque de Matinicus Island n’a pas de bibliothécaire attitré. Elle est uniquement gérée par des bénévoles qui travaillent selon leur convenance, explique Mme Murray sur le site d’information de la bibliothèque. Les livres sont empruntés selon le système de l’honneur, et les visiteurs notent les titres qu’ils empruntent dans un carnet. Même les touristes de l’île qui emportent accidentellement des livres chez eux sont connus pour renvoyer leurs romans, sans que la bibliothèque ne les y incite.

La bibliothèque se distingue dans un pays qui se polarise de plus en plus lorsqu’il s’agit de savoir si certains livres devraient être interdits. L’American Library Association a déclaré avoir reçu un nombre « sans précédent » de 330 rapports de contestation de livres l’automne dernier, soit plus du double du nombre total de contestations en 2020, ont rapporté Elizabeth Harris et Alexandra Alter pour le New York Times. Les livres sont attaqués « à un rythme jamais vu depuis des décennies », ont-elles ajouté.

Malgré cette tendance à aller de plus en plus vers la censure, une mission de collecte de livres interdits n’est pas controversée sur l’île de Matinicus. « Nous sommes dans une position privilégiée pour dire que nous n’interdisons pas les livres et que nous accueillons les suggestions de livres des gens », explique Murray. « C’est l’avantage de créer une bibliothèque. Vous pouvez faire le bien sans avoir à demander d’abord beaucoup de permissions. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments