Image d’illustration — Nopphinan / Shutterstock.com

Créé par des chercheurs américains, le béton vivant est composé de matériaux vivants conçus (ELM), soit des bactéries additionnées à des substances inactives. Sa spécificité réside dans le fait qu’il peut s’autoproduire ou s’autoguérir.

Les différentes caractéristiques du béton vivant

La production de béton classique produit une quantité considérable de gaz à effet de serre puisque cela nécessite beaucoup de chaleur. En revanche, le béton vivant est particulièrement naturel. En effet, les chercheurs de l’université du Colorado ne se sont servis que de la lumière du soleil pour créer ce nouveau matériau de construction et, ainsi, il n’y a besoin d’utiliser aucune source d’énergie polluante.

Selon la revue Matter, les bactéries – qui constituent l’un des composants du béton vivant – captent la lumière du soleil. Après avoir absorbé le dioxyde de carbone, elles produisent du carbonate de calcium, le principal composant du ciment. Le plus impressionnant est cependant qu’une brique de béton vivant coupée produit par la suite deux répliques complètes de briques de béton vivant.

Le béton vivant est moins résistant que le béton classique. Cette matière est également capable de « s’autoguérir ». En d’autres termes, elle peut régénérer ses propres fissures. En effet, les cyanobactéries qui la composent peuvent survivre pendant plusieurs semaines. D’après le New York Times, le béton vivant est de couleur vert vif. Au fur et à mesure qu’il y a moins d’humidité, les bactéries meurent et la couleur de la brique s’éclaircit.

Cycle de vie du béton vivant © 2019 The Authors. Published by Elsevier Inc. / Creative Commons Licence

Comment fabriquer le béton vivant et pourquoi l’avoir créé ?

Pour fabriquer du béton vivant, il suffit de mettre dans un moule les bactéries. On y ajoute le gel qui, avec son humidité et ses nutriments, assure le développement des cyanobactéries. Avec le carbonate de calcium produit par celles-ci, le béton vivant durcit petit à petit. Ainsi, après quelques heures seulement, on peut avoir du béton vivant en forme de brique, dont les propriétés ressemblent à celles du mortier.

Pour obtenir une autre brique de béton vivant, il suffit d’en couper une et de faire en sorte que les bactéries qui le composent se développent. Pour cela, il faut y ajouter du sable et du gel. Le sable qui le compose peut être remplacé par du verre dépoli ou du béton recyclé. Ainsi, avec une brique coupée, on peut obtenir deux répliques de celle-ci ; et ainsi de suite, avec deux briques coupées, on peut en obtenir quatre autres. La capacité du béton vivant à s’autorépliquer est cependant limitée : une brique ne peut produire que huit autres briques en tout.

Ayant été financés par la DARPA, l’agence pour les projets de recherche avancée de défense, les chercheurs l’ont créé pour la construction d’infrastructures dans des endroits avec des environnements extrêmes tels que le désert ou encore la planète Mars.

© 2019 The Authors. Published by Elsevier Inc. / Creative Commons Licence

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
JCR Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
JCR
Invité
JCR

Dommage de ne pas mettre la même innovation mais Européenne en avant plutôt que l’Américaine:
https://www.vrt.be/vrtnws/nl/2017/08/30/zelfherstellend-beton-voor-het-eerst-gebruikt-op-belgische-werf/