Sable
— Lotus_studio / Shutterstock.com

Polar Night Energy a annoncé la mise en service de la toute première batterie à sable à échelle commerciale au monde. Installée sur un site à quelques heures d’Helsinki, celle-ci va stocker le surplus d’énergies renouvelables sous forme de chaleur.

Stocker l’énergie sous forme de chaleur

Les sources d’énergie verte telles que l’éolien et le solaire ne pouvant en générer 24 heures sur 24, atteindre la neutralité carbone passera par le développement de vastes installations de stockage permettant de composer avec leur nature intermittente. Dans cette optique, Polar Night Energy s’est associée à la société Vatajankoski afin de créer la toute première batterie à sable commerciale, capable de stocker l’énergie sous forme de chaleur.

Son réservoir en acier, mesurant environ 4 mètres de large pour 7 de haut, contient une centaine de tonnes de sable pouvant stocker beaucoup de chaleur dans un petit volume (via un simple échangeur placé au centre de la cuve), à une température d’environ 500 à 600 °C. Dès que cela est nécessaire, celle-ci est réinjectée dans le réseau de chauffage urbain de la ville de Kankaanpää, dans l’ouest de la Finlande.

Emmagasinant également la chaleur excédentaire dégagée par les serveurs de données de Vatajankoski, ce dispositif est capable de stocker une quantité impressionnante de 8 mégawattheures d’énergie pour une puissance nominale de 100 kW.

« S’il est très facile de convertir l’électricité en chaleur, le processus inverse implique des turbines et des technologies nettement plus complexes », souligne Markku Ylönen, directeur technique de Polar Night Energy. « La restituer sous forme de chaleur nous permet de la stocker avec une perte minimale pendant des mois [l’entreprise évoque un facteur d’efficacité allant jusqu’à 99 %]. »

Des coûts d’installation inférieurs à 10 euros par killowattheure

Matériau extrêmement abondant (et par conséquent bon marché), le sable utilisé doit simplement être sec et exempt de débris combustibles. Selon Ylönen, les coûts d’installation de tels dispositifs de stockage, dont le fonctionnement est entièrement automatisé et qui pourraient être mis à l’échelle afin de stocker jusqu’à 20 gigawattheures d’énergie, seraient inférieurs à 10 euros par kilowattheure.

« Les technologies de stockage thermique à base de sable que nous avons développées peuvent être utilisées dans n’importe quelle zone du réseau électrique », souligne-t-il. « Cette innovation s’inscrivant dans le cadre de la transition énergétique constitue un grand pas vers un chauffage urbain neutre en carbone et une étape logique vers la production de chaleur sans combustion. »

Cette annonce intervient quelques semaines seulement après celle de la mise en service de la première installation de stockage d’énergie par batterie au CO2 au monde.

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Callicarpa
Callicarpa
1 mois

Ils en font de sacrés progrès avec l’argent des contribuables et les subventions que nous leur allouons. Ça me fait penser à la recherche contre le cancer et tout ce que les chercheurs ont trouvé depuis plus de 50 ans (chaque semaine le cancer (les cancers) ont été démasqués et… Lire la suite »

Last edited 1 mois by Callicarpa
de simple bon sens !
de simple bon sens !
1 mois

Ce n’est pas une « batterie  » comme on l’entend habituellement … c’est une « zone » de stockage d’énergie dégradée en chaleur ! Il n’y a rien de nouveau … et quand on sait que les combustibles nucléaires usés (ou plus utilisables !) des centrales sont stockés dans des piscines d’eau qui… Lire la suite »