Auparavant, un homme mal rasé ou pas rasé était jugé comme négligé par la société. Mais les temps changent, et moustaches et barbes ont la cote… Au grand dam des fabricants de rasoirs ! En effet, si beaucoup d’hommes sont contents de se défaire de cette routine matinale devant le miroir de leur salle de bains, il y a une entreprise qui vit très mal cette situation. C’est Gillette.

Des pertes monstres

En effet, le rapport du quatrième trimestre 2018-2019 du numéro un des articles de rasage, clos fin juin, et rapporté par le site Quartz, témoigne que la marque Gillette passe un mauvais moment. Plus particulièrement, ce sont ses finances qui sont mises à mal avec, attention les oreilles, 5,24 milliards de dollars de pertes !

Selon le fabricant américain de produits ménagers et d’hygiène Protect & Gamble, et propriétaire de Gillette, trois raisons expliquent ce déficit financier. La première, ce sont les fluctuations des taux de change. La deuxième raison, c’est la hausse de la concurrence et particulièrement des marques de la génération Y qui attire beaucoup de consommateurs mais, la dernière raison est… la mode de la barbe.

Selon John Moeller, directeur financier de P&G, cité par Quartz, « le fait de se raser de moins en moins souvent a rétréci le marché des rasoirs et lames ».

Gillette a enregistré une perte de 5,24 milliards de dollars.

La tendance est à la barbe

Pour rappel, P&G a acquis la marque Gillette en 2005 pour 57 milliards de dollars. Quelques années plus tard, Gillette avait déjà connu quelques difficultés avec le changement des normes sociales. Le site américain rapporte effectivement que « les années 2010 ont été une décennie difficile pour les ventes de rasoirs aux Etats-Unis, avec le relâchement des normes sociales autour du rasage ».

En 2018, le vice-président de Gillette pour l’Amérique du Nord, Massimiliano Menozzi, cité par CNN, semblait avoir flairé la possible chute des finances car il avait déclaré : « Aujourd’hui, les hommes ne sont plus jugés négativement quand ils ne se rasent plus. Ce n’est pas perçu comme une marque de paresse ou d’impolitesse. »

Si auparavant, la vue de la barbe était rébarbative, aujourd’hui, c’est devenu une mode !

Délaissée par les hommes, Gillette se tourne désormais vers d’autres clientèles

Bien que Gillette ait toujours ciblé une clientèle masculine, le constat financier force l’entreprise à proposer ses produits à d’autres segments de population. C’est ainsi qu’en janvier 2019, Gillette avait diffusé un spot publicitaire dans le sillage du mouvement #MeToo.

L’objectif, selon le site Breitbart, était de cibler les jeunes filles et les femmes. De plus, en mai dernier, la marque de rasoirs et de lames avait lancé une autre publicité mettant, cette fois-ci, en scène un jeune homme transgenre qui apprenait à se raser.

Les publicités ont divisé les consommateurs et certains d’entre eux ont même créé le hashtag #BoycottGillette sur Twitter. Dans tous les cas, Gillette aura au moins réussi quelque chose : attirer l’attention.

COMMENTEZ
3

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
GetWokeGoBrokePilpoilBzen Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Bzen
Membre
Bzen

Peut-être aussi le prix des lames. Les prix deviennent prohibitifs.Il faudrait comparer aussi avec les ventes de rasoir électriques. Plus de 5 milliards cela en représente des lames.

Pilpoil
Invité
Pilpoil

Bien fait ! Depuis le temps qu’ils se gavent avec leurs prix prohibitif ! Sérieux c’était juste scandaleux…