Et je choisis de vivre de Damien Boyer et Nans Thomassey

« Quand on perd son père ou sa mère on est orpheline, quand on perd son conjoint on est veuve mais quand on perd son enfant, il n’y a plus de mots. » À 30 ans, Amande perd son enfant. Pour se reconstruire, elle décide d’aller dans la Drôme, avec son ami réalisateur, Nans Thomassey. Sous l’œil de la caméra, ils rencontrent des hommes et des femmes qui ont aussi vécu la mort d’un enfant. Et je choisis de vivre est un film sur le deuil, à la fois sensible et émouvant.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de