Ce bandage connecté en 5G suit en temps réel l’état de votre blessure

Domaine en constante évolution, la médecine est actuellement au cœur de nombreuses innovations. L’une des dernières trouvailles des chercheurs est un bandage connecté envoyant des signaux aux médecins dès que la cicatrisation d’une plaie est détectée. Une découverte surprenante qui pourrait être testée dans l’année à venir.

COMMENT FONCTIONNENT CES BANDAGES CONNECTÉS ?

Si d’extérieur, ces bandages nouvelle génération ressemblent à leurs homologues classiques, c’est à l’intérieur que se trouve la véritable révolution. Grâce à la nano-technologie, les chercheurs ont pu installer de minuscules capteurs capables de produire une bande passante assez robuste mais surtout de détecter tout signe d’évolution chez le patient.

Le pansement est en effet relié à une infrastructure 5G et il peut permettre au médecin traitement de voir quand vous êtes actif et avoir accès à votre dossier médical. L’intérêt principal de ces bandages connectés reste cependant de suivre en temps réel la cicatrisation d’une plaie pour pouvoir adapter le traitement en fonction de cette évolution.

LA 5G AU SERVICE DES PATIENTS ET DES MÉDECINS

Le Professeur Marc Clement, chercheur à l’Institute of Life Science de l’Université de Swansea (Pays de Galles) voit dans cette technologie une occasion pour les médecins et les patients de travailler main dans la main. « Vous combinez toutes ces innovations afin que le clinicien connaisse la performance de la blessure à un moment précis et puisse ensuite adapter le protocole de traitement à l’individu et à la blessure en question ».

Ce bandage ouvre ainsi la voie vers des traitements toujours plus complets et personnalisés répondant aux besoins des patients, notamment si ces derniers sont victimes de complications.

CETTE TECHNOLOGIE VA-T-ELLE ÊTRE COUPLÉE A D’AUTRES ?

En plus de développer l’utilisation de la 5G (qui est au cœur d’un grand projet de centre de test commandé par la ville de Swansea), les bandages connectés pourront être couplés à d’autres innovations techniques.

Les chercheurs espèrent notamment que les bandages pourront être réalisés grâce à des imprimantes 3D afin de réduire les coûts et produire à grande échelle. Il reste aux chercheurs à mener les tests au cours des 12 prochains mois afin de voir comment réagit ce bandage connecté qui pourrait améliorer le quotidien des spécialistes comme celui des patients.


Seuls 50% des 1,8 million d’enfants atteints du VIH/Sida ont accès au traitement dont ils ont besoin.

— @UNICEF_france