Très prisées à Bali, ces attractions touristiques font pourtant vivre un enfer aux animaux

Un rapport de World Animal Protection affirme qu’aucun zoo de Bali ne respecte les normes fondamentales au bien-être des animaux.

Des conditions de vie très inadéquates

Si vous aviez l’intention de partir en vacances à Bali, la World Animal Protection vient de sortir un rapport qui va vous passer l’envie de faire un tour dans les zoos. En effet, dans un rapport appelé « Wildlife Abusement Parks report », l’association de protection des animaux a enquêté sur 26 sites de tourisme animalier à Bali, Lombok et Gili Trawangan, qui abritent en tout 1 500 animaux sauvages, dont des éléphants, des dauphins et des orangs-outans.

Résultat ? Les dauphins sont maintenus dans des conditions de vie très inadéquates (une piscine, estimée à 10×20 mètres et trois mètres de profondeur, abritait quatre grands dauphins), et certains ont vu leurs dents réduites ou entièrement enlevées pour s’assurer qu’ils étaient incapables de blesser les nageurs.

De leur côté, près de 15 % des éléphants ont montré des comportements répétitifs anormaux comme le balancement et le piétinement, ce qui est un indicateur de détresse et de souffrance chez les éléphants. Ces comportements sont notamment la conséquence des balades à dos d’éléphant, une activité qui nécessite souvent un processus d’entraînement cruel et intensif qui implique de sévères restrictions. Enfin, dans les lieux où l’on peut se prendre en selfie avec des orangs-outans, les singes manquaient de liberté de mouvement, d’interaction sociale et d’activités stimulantes.

 

« C’est une tragédie »

« C’est une tragédie que Bali, une si belle destination pour les touristes, force ses animaux sauvages captifs à endurer des conditions aussi horribles et grotesques », déclare Steve McIvor, le PDG de World Animal Protection. « Les animaux sauvages sont pris à leur mère quand ils sont bébés, et sont ensuite élevés en captivité pour être maintenus dans des conditions crasseuses et à l’étroit, où ils sont forcés d’interagir avec les touristes pendant des heures ».

Alors que Bali est une destination de vacances de plus en plus populaire chez les touristes du monde entier (notamment les britanniques, qui ont été 243 000 à visiter l’île en 2017), vous y réfléchirez désormais peut-être à deux fois avant de vous lancer dans une promenade à dos d’éléphant, de nager avec les dauphins, ou de prendre un selfie avec un orang-outan…

 


Seuls 50% des 1,8 million d’enfants atteints du VIH/Sida ont accès au traitement dont ils ont besoin.

— @UNICEF_france