Alors que Donald Trump n’abandonne pas l’idée de construire un nouveau mur, une installation symbolique vient d’être mise en place. Un architecte a placé 3 balançoires roses sur une partie du mur séparant le Mexique des Etats-Unis.

L’idée de créer un moyen de rallier les peuples malgré le mur d’acier est survenue dans la tête de Ronald Rael en 2009. Ce professeur d’architecture de l’université californienne à Berkeley voulait montrer son opposition au projet de frontière murale avec un projet fort. Plusieurs concepts furent imaginés, mais ce sont les balançoires qui furent retenues. Il s’associe alors avec Virginia San Fratello, professeure de design à l’université de San José pour concrétiser sa vision.

Plus de 10 ans de travail furent nécessaires, mais le 29 juillet dernier, les balançoires roses étaient enfin dévoilées au monde. L’architecte a partagé les premières images sur Instagram. On peut y voir 3 balançoires roses placées dans les interstices du mur longeant la frontière. A peine installées, les balançoires ont été prises d’assaut par les enfants des deux côtés de la frontière. Très vite, les adultes se sont aussi pris au jeu. Si ces instants de jeu peuvent paraître anodins, ils sont lourds de sens d’après Ronald Rael.

En se balançant de part et d’autre de la frontière, ces jeux de plein air rappellent que malgré la frontière physique, Mexicains et Américains sont connectés. Le geste montre également que « ce qui se produit d’un côté a des répercussions de l’autre ». Malgré cela, le président des Etats-Unis continue de vouloir imposer son projet malgré le récent refus de la Cour suprême de puiser dans le budget de la défense pour le construire.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de