― Gorodenkoff / Shutterstock.com

De nombreuses découvertes scientifiques ont été réalisées grâce à des petits désagréments du quotidien ou des petits évènements qui semblent anodins. Cela a été le cas pour la loi de la gravitation, pour la poussée d’Archimède, et également pour de toutes nouvelles bactéries mangeuses de métaux. Ces petits êtres microscopiques ont été découverts grâce à un souci ménager.

Ne pas faire la vaisselle peut parfois être bénéfique

Des scientifiques californiens ont découvert un nouveau type de bactérie qui se nourrit de métal. Les bactéries – dont on soupçonne l’existence depuis plus d’un siècle – ont finalement été découvertes par pur hasard. Jared Leadbetter, professeur de microbiologie environnementale au Caltech Institute of Technology, avait effectué des expériences avec du manganèse. Après avoir fini ses expériences, il avait laissé un bocal en verre trempé qui était encore sale dans un évier de son bureau avant de partir pour plusieurs mois.

À son retour, le bocal avait l’air très différent. Il était recouvert d’une substance sombre et cela a amené le professeur Leadbetter à se demander ce qui a pu se passer. « J’ai pensé : qu’est-ce que c’est ? J’ai commencé à me demander si les microbes recherchés depuis longtemps pouvaient être responsables, alors nous avons systématiquement effectué des tests pour comprendre cela », a déclaré Leadbetter dans un communiqué. Les chercheurs ont découvert que la matière noire trouvée sur le bocal était du manganèse oxydé qui avait été généré par les bactéries nouvellement découvertes.

Selon les scientifiques, ces bactéries se sont trouvées là très probablement par l’intermédiaire de l’eau du robinet. « Ce sont les premières bactéries connues qui utilisent du manganèse comme source de ravitaillement », a déclaré Leadbetter. Il a également été expliqué dans les résultats de l’étude, publiés dans la revue Nature, que les bactéries pouvaient utiliser le manganèse pour un processus appelé chimiosynthèse ou chimiotrophie. Ce processus permet de convertir le dioxyde de carbone en biomasse.

Une découverte d’une grande importance écologique

À noter que la substance noirâtre générée par ces bactéries nouvellement découvertes est communément trouvée dans la nature. « Il existe des preuves que des parents de ces créatures résident dans les eaux souterraines, et une partie de l’eau potable de Pasadena est pompée à partir des aquifères locaux », a expliqué le professeur Leadbetter. À savoir que l’eau souterraine est de l’eau présente sous la surface de la Terre, située dans des fissures dans le sol, le sable et les roches.

La présence de ces bactéries – et la découverte de leur présence dans la nature – est très importante, car elles peuvent éliminer les polluants dans l’eau, dans un processus appelé biorestauration. Ce phénomène permet de réduire la quantité de polluants – comme l’oxyde de manganèse – de l’eau, et ainsi de la purifier. Par ailleurs, cette découverte est également importante parce qu’elle aidera probablement les scientifiques à comprendre les cycles élémentaires de la Terre et la façon dont le métal a eu un impact sur l’évolution de la vie.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de