Ce prototype d’avion qui n’émet pas de son et ne pollue pas a réussi son premier vol historique

Ce n’est pas de la science-fiction. L’étonnant prototype d’avion à propulsion ionique mis au point par une équipe de chercheurs du Massachussets Institute of Technology a effectué avec succès son premier vol, et cette technique de propulsion pourrait bien représenter l’avenir de l’aviation.

 

Une première historique

Il y a quelques jours, des scientifiques du MIT sont parvenus à faire voler un mini-avion par vent ionique. Une technique de propulsion impliquant l’utilisation d’un champ électrique destiné à accélérer des ions, ou particules chargées, qui vont ensuite entrer en collision avec l’air et créer un courant d’air qui va faire avancer l’avion. Une technologie présentant de nombreux avantages qui pourrait bien représenter le futur de l’aviation : elle ne consomme pas de carburant (et ne produit donc pas d’émissions polluantes), se révèle silencieuse et simplifie grandement la conception des appareils.

Présenté dans la revue Nature, le prototype utilisé pour l’expérience s’apparente à une sorte de drone doté d’une aile et d’un dispositif de propulsion filaire alimenté par une batterie à haute tension, produisant le fameux vent ionique. D’une envergure de 5 mètres et pesant seulement 2,45 kilos, l’avion a volé à la vitesse de 4,8 mètres par seconde sur une distance de 55 mètres lors d’un série de vols-test réalisés dans un hangar du MIT. Selon Steven Barrett, du département de l’aéronautique du MIT : « Il s’agit du premier vol prolongé d’un avion utilisant la propulsion électroaérodynamique ».

 

La propulsion ionique pourrait représenter le futur de l’aviation

Connue des scientifiques depuis une centaine d’année, la propulsion ionique avait fait l’objet de nombreux tests au début du 20e siècle, avant d’être abandonnée dans les années 1960 car jugée trop peu efficace à basse vitesse. D’après Franck Plouraboué, chercheur CNRS à l’Université de Toulouse : « Aucun dispositif volant par vent ionique n’avait été conçu auparavant, à l’exception de lifters pesant quelques grammes. Parvenir à faire voler de façon autonome un drone avec cette propulsion représente une étape historique ». Et bien qu’il ne s’agisse pour l’instant que de vols expérimentaux, il est possible que cette technologie équipe un jour nos avions.

Selon les prévisions du chercheur, la propulsion ionique pourrait être utilisée dans un premier temps par les drones de haute altitude, et équiper plus tard des appareils plus imposants, en raison des nombreux avantages qu’elle présente : non polluante, elle n’implique pas de perte d’énergie par conversion, pourrait éventuellement être alimentée par des panneaux photo-voltaïques fixés sur la carlingue des appareils, et son rendement s’améliorerait considérablement avec la vitesse de l’avion. Comme l’a expliqué Steven Barrett : « Le futur de l’aviation ne devrait pas résider dans des choses comme les hélices et les turbines, mais plutôt ressembler à Star Trek, avec une sorte de lueur bleue et quelque chose qui plane dans les airs ».


Le tetanos qui a pourtant quasiment disparu des pays riches, tue encore 584 personnes par jour, soit 213 000 décès par an dans le monde.

— @DailyGeekShow