— Syda Productions / Shutterstock.com

Les enfants en difficulté à l’école ont souvent une faible estime personnelle. Mais cette étude néerlandaise montre que le fait de s’adonner à l’auto-suggestion positive permet d’améliorer significativement les résultats scolaires.

Des résultats surprenants

Présentée dans la revue Child Development, cette étude menée par des chercheurs de l’université d’Utrecht, aux Pays-Bas, montre que les élèves pratiquant l’auto-suggestion positive voient leurs résultats en mathématiques s’améliorer significativement. « Nous avons découvert que dans le cadre d’examens scolaires, les enfants ayant peu confiance en eux obtenaient de bien meilleurs résultats lorsqu’ils s’encourageaient intérieurement en mettant l’accent sur l’effort à fournir. Il s’agit d’une gymnastique mentale simple que les enfants peuvent appliquer tous les jours », a expliqué Sander Thomaes, ayant supervisé l’étude.

Les chercheurs ont suivi 212 enfants néerlandais âgés de 9 à 13 ans et scolarisés dans différents établissements scolaires publics du pays. Ils ont expliqué avoir choisi cette tranche d’âge car elle représentait la période où l’influence négative d’une faible estime de soi sur les résultats scolaires avait tendance à se développer. Dans un premier temps, les scientifiques ont demandé aux sujets d’estimer leurs compétences. Quelques jours plus tard, ces derniers ont été invités à participer à un examen de mathématiques en deux parties, dans des conditions proches de celles qu’ils connaissaient le reste de l’année.

« La notion d’effort est la clef »

Immédiatement après avoir terminé la première moitié du test, une partie des sujets, choisis au hasard, étaient invités à s’encourager intérieurement en mettant l’accent sur la notion d’effort (« Je vais faire de mon mieux »), d’autres sur la notion de capacité (« Je suis doué pour ça »), tandis que les autres ne se livraient à aucune gymnastique mentale particulière. Et il s’est avéré que les enfants du premier groupe voyaient leurs résultats s’améliorer nettement dans la seconde partie du test, quand aucune progression n’était constatée chez les autres sujets.

Une amélioration d’autant plus prononcée chez les écoliers possédant une faible estime d’eux-mêmes et de leurs compétences. « Notre étude montre que le fait de s’encourager intérieurement en mettant l’accent sur la dimension d’effort s’avère bénéfique lorsqu’il est question d’examens mathématiques, en particulier chez les enfants ayant peu confiance en eux. La notion d’effort est la clef », a estimé Eddie Brummelman, spécialiste du développement de l’enfant à l’université d’Amsterdam et co-auteur de l’étude.

Les auteurs précisent toutefois que ces conclusions ne s’appliquent qu’aux enfants âgés de 9 à 13 ans, et ne peuvent s’appliquer à d’autres tranches d’âge. Ils notent également que les résultats offerts par l’auto-suggestion positive pourraient varier selon les pays et les cultures.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de