L’injection de matières fécales dans l’organisme des bébés pourrait empêcher le développement de l’asthme

une-bebe-asthme Un bébé à l'hôpital via Shutterstock

En France, 3 millions de personnes souffrent d’asthme, une maladie qui tue environ 2 000 individus chaque année. Une étude menée par des scientifiques canadiens s’est intéressée aux causes de cette pathologie et il a été remarqué que les bactéries présentes dans les intestins jouaient un rôle dans le développement des enfants. SooCurious vous en dit plus sur cette découverte captivante.

Pour chaque humain, les premiers mois de vie sont importants et déterminent le développement. C’est ce qu’a prouvé l’étude effectuée par des scientifiques canadiens cherchant à comprendre les origines de l’asthme. “Notre étude montre que pendant les 100 premiers jours de vie, la structure du microbiote intestinal semble essentielle pour influencer le système immunitaire qui nous défend de l’asthme”, a expliqué Stuart Turvey, un pédiatre immunologiste de l’Université de la Colombie-Britannique. En d’autres termes, les bactéries qui vivent dans nos intestins permettraient à notre corps d’être immunisé contre l’asthme.

 

Pour mener leur enquête, les chercheurs ont fait des tests sur 319 enfants participant à une étude canadienne pour le développement de la bonne santé chez les enfants. Ils leur ont ainsi fait passer des examens pour savoir s’ils souffraient d’allergies mais aussi pour déterminer s’ils risquaient de souffrir d’asthme. Les scientifiques ont également prélevé des échantillons des selles de chaque enfant à l’âge de 3 mois, ce qui leur a permis de voir que ceux qui étaient plus enclins à développer de l’asthme (22 au total) possédaient un taux beaucoup moins élevé de quatre espèces de bactéries dans leurs intestins que les autres.

 

Un microbiote intestinal :

microbiote-intestinal

 

Les chercheurs ont refait des tests lorsque les 319 enfants étaient âgés d’un an, et ont remarqué que le taux de bactéries présentes dans leurs intestins était beaucoup moins important que lorsqu’ils étaient plus jeunes. Ils supposent donc que les bactéries se trouvant dans notre système au début de notre vie influent sur le développement ou non de l’asthme.

Une autre équipe de scientifiques a déjà constaté que les bactéries présentes dans la poussière que l’on trouve dans les exploitations agricoles déclenchent une réponse du système immunitaire chez les souris. En se basant sur cette découverte, ils ont remarqué que les enfants qui vivent à la ferme sont moins enclins à développer des allergies ou des maladies respiratoires telles que l’asthme. En revanche, ceux à qui de nombreux antibiotiques ont été prescrits ont plus de risque d’être atteints. C’est pourquoi l’équipe de chercheurs a mené une seconde expérience en transmettant les quatre bactéries à des souris atteintes d’asthme, en plus de matières fécales des enfants ne présentant aucun risque, ce qui a soulagé l’inflammation dans leurs poumons. Les bébés souris ayant reçu les bactéries développaient quant à elles un asthme beaucoup moins sévère.

 

A droite, des poumons normaux, à gauche, des poumons enflammés :

poumons-asthme
Des poumons via Shutterstock

 

Les enfants qui ont été soumis aux tests sont désormais âgés de 5 ans, sur les 22 présentant un risque d’être atteints d’asthme, 8 sont touchés par la maladie. Ces derniers n’ont toutefois pas ingéré d’antibiotiques avant leur 1 an, les chercheurs ne peuvent donc pas être certains à 100 % que les bactéries influent sur le développement de l’asthme, mais le lien est flagrant.

Les scientifiques espèrent que cette étude va permettre le développement d’un traitement de prévention basé sur les bactéries. Toutefois, de nombreuses recherches doivent encore être effectuées, les spécialistes ne sachant pas si un tel procédé aura un effet à longue durée sur les humains, puisque le traitement administré aux souris s’est avéré létal. Ils se demandent également quelles répercussions aura un tel préventif sur la santé des enfants.

 

La Ventoline est un médicament utilisé pour soigner l’asthme : 

ventoline

 

L’Université de la Colombie-Britannique a d’ores et déjà déposé un brevet pour la combinaison des quatre bactéries en tant que préventif contre l’asthme. Ainsi, une entreprise peut signer un contrat avec les chercheurs afin de développer un produit, même si la commercialisation prendrait plusieurs années. Cette étude montre l’importance des bactéries présentes dans notre corps, notamment lorsque nous sommes enfants, quant à notre système immunitaire. C’est pourquoi les spécialistes déconseillent la prescription d’antibiotiques aux plus jeunes, notamment pour les rhumes. Pensez-vous que nous pourrons un jour prévenir l’asthme ou que le traitement pensé par ces chercheurs est trop dangereux ?


Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse.

— André Gide