— © Musée de l’Homme via YouTube

Je mange donc je suis” : voici le nom de l’exposition actuellement proposée par le musée de l’Homme à Paris. Consacrée à l’alimentation et au rôle qu’elle a joué dans notre évolution, elle a lieu du 16 octobre 2019 au 1er juin 2020. À travers un parcours ludique, le musée parisien offre à ses visiteurs des explications concernant nos modes d’alimentation et les enjeux d’avenir.

Associer la culture à la culture alimentaire, c’est un mariage parfait

Quel rôle a joué et continue de jouer l’alimentation dans notre développement ? Pourquoi nous ne pouvons pas manger certains aliments ? Pourquoi les stéréotypes laissent croire que les hommes doivent faire preuve de virilité et de force et les femmes doivent être minces, prendre soin d’elles et être belles ? Voici certaines des interrogations déployées au sein de l’expositionJe mange donc je suis” du musée de l’Homme à Paris.


Cette exposition est découpée en trois salles différentes qui interrogent sur des problématiques à la fois historiques, culturelles et biologiques sur notre alimentation, telles que la formation du goût, les modèles agricoles, les manières dont la culture peut organiser les aliments autour d’une table ou encore les différents patrimoines culinaires à travers le monde. Afin de la construire, le musée de l’Homme s’est aidé de recherches de scientifiques archivées au Muséum national d’Histoire naturelle.

La première salle du musée est consacrée à la nutrition d’un point de vue scientifique, entre appréhension et besoins nutritionnels. Elle permet également aux visiteurs de mieux comprendre l’évolution des aliments présents dans nos assiettes en fonction des époques et de la manière dont la société présente l’alimentation. Les visiteurs peuvent également comprendre pourquoi les enfants en bas âge sont si complexes en matière de goût et d’alimentation, et comment nos sociétés font la distinction entre les animaux que nous mangeons, ceux qui sont uniquement domestiques et ceux qui sont sacrés dans certains pays.

Dans la seconde salle de l’exposition, les murs sont décorés de reproductions de “salles à manger”. Les visiteurs ont également l’occasion d’y observer une table de banquet éclairée par des lustres, une table japonaise au ras du sol, un tapis oriental traditionnel dédié à la dégustation de thé, mais également un bureau avec un ordinateur. Ce dernier décor est accompagné d’un écran montrant des personnes mangeant leur repas en à peine quelques minutes au travail. Une seconde salle qui questionne donc l’évolution de la pratique du repas au cours des époques.

Attention, cerise sur le gâteau : l’exposition convie également ses visiteurs à de grands banquets thématiques commentés et possibles grâce à de grands chefs culinaires et à des chercheurs. Ils peuvent également rencontrer des experts et assister à des visites théâtralisées olfactives.

Cette exposition est donc une véritable source d’enrichissement entre culture artistique et culture culinaire. La visite offre d’ailleurs des débats de société et des activités en tout genre, telles que la reconstitution de la table de l’Élysée ou encore des extraits de L’Aile ou la cuisse de Louis de Funès. Les visiteurs s’étant déjà rendus à cette exposition en sont ravis : “Associer la culture à la culture alimentaire, c’est un mariage parfait”, explique un jeune homme. “Une expérience originale et agréable”, témoigne une autre personne. 

Interroger les enjeux d’avenir en matière d’alimentation 

La troisième et dernière salle de l’exposition est consacrée aux enjeux de notre société actuelle, de notre alimentation contemporaine et des problématiques pour éradiquer la surconsommation animale. Le musée de l’Homme souhaite donc également sensibiliser ses visiteurs à l’avenir de l’alimentation et ses impacts sur l’environnement au XXIe siècle. 
Ainsi, l’exposition se concentre sur des pistes de recherche visant à répondre à de nombreux défis d’actualité : les OGM, la viande fabriquée en laboratoire, la nourriture dématérialisée ou encore les insectes. Ces derniers sont d’ailleurs particulièrement mis en avant, sachant qu’ils représentent des aliments riches en protéines pouvant potentiellement être notre nourriture du futur. Les aliments cuisinés à base de matières premières, soit des farines d’élevage ou encore des barres protéinées, sont également évoqués.

Avec les banquets proposés aux visiteurs, l’exposition souhaite également mettre en avant une cuisine traditionnelle respectueuse de l’environnement et des cycles naturels des aliments. Les chefs cuisiniers utilisent donc uniquement des produits locaux, cultivés dans le respect de la nature et veillent à réduire les déchets. Alimentation équilibrée et respectueuse de l’animal est également le mot d’ordre de ces chefs.

Grâce à cette exposition, nous pouvons donc bel et bien mieux comprendre l’ancrage culturel de l’alimentation de notre quotidien et comment nous allons devoir nous adapter afin de pouvoir nourrir les 9 milliards d’individus présents sur Terre, ainsi que les futures générations en devenir.

Venez découvrir “Je mange donc je suis” au musée de l’Homme à Paris, qui ouvre ses portes jusqu’au 1er juin 2020. 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de