Les plans nécessaires à la fabrication d’armes imprimées en 3D s’échangent désormais de façon discrète sur la toile, et la nature des réseaux privilégiés pour leur diffusion complique largement le travail des autorités. Explications.

L’irrépressible développement des armes imprimées en 3D

Phénomène apparu il y a quelques années sur la toile, l’impression d’armes à feu en 3D est en train de devenir un véritable problème, en particulier aux États-Unis, où la loi relative à la possession de ce type d’objets reste particulièrement floue et changeante. Bien que les armes « indétectables » soient interdites sur le sol américain, ce qui oblige légalement les possesseurs d’armes imprimées en 3D à y ajouter une quantité suffisante de métal afin que l’objet sonne lorsqu’ils franchissent un portique de sécurité, rien n’exclut qu’ils l’utilisent pour commettre un crime ou un acte terroriste.

Courant 2018, les autorités du pays ont tenté de mettre un terme à la diffusion libre ou payante de plans permettant à n’importe quel utilisateur d’imprimer facilement une arme létale depuis son salon, en vain. Bien que certains États, parmi lesquels figure notamment la Californie, aient officiellement interdit la distribution d’armes et de plans d’armes intraçables, qui circulaient jusqu’à récemment sur les réseaux sociaux, les vides juridiques sont nombreux et les amateurs d’armes imprimées se tournent désormais vers des moyens beaucoup plus discrets pour poursuivre leur œuvre.

Des milliers de contributeurs à travers le monde

Comme le rapporte le site britannique Wired, la création et la diffusion de plans permettant d’imprimer des armes en 3D ainsi que les discussions et les échanges de conseils relatifs à ce type d’objets se poursuivent désormais sur différentes plateformes comme Signal ou Discord, ainsi que sur des forums spécialisés, ce qui complique largement le travail de la justice. Selon les dires de l’internaute Ivan the Troll, connu pour être l’une des principales figures du mouvement outre-Atlantique, ces armuriers de l’ombre seraient actuellement une centaine, et bénéficieraient de l’appui de milliers de contributeurs à travers le monde.

La majorité de ces fabricants d’armes à feu imprimées en 3D se considèrent comme des passionnés partageant les mêmes idées politiques au sujet de leur contrôle. Dans l’une des vidéos postées par Ivan the Troll, montrant les armes qu’il a créées dans son garage, on peut notamment voir apparaître des messages inquiétants, comme « Tout le monde peut le faire » ou « Vivez librement ou mourez ». On rappelle que les États-Unis font partie des six nations comptant le plus de morts par armes à feu, avec un taux annuel 25 fois plus élevé que dans les autres pays développés.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de