Ces pétroglyphes illustrent parfaitement l’harmonie entre les peuples amérindiens et la nature

Avec l’avancée des recherches archéologiques, nous retrouvons de plus en plus de peintures et autres gravures murales datant de civilisations aujourd’hui éteintes. Si la signification de certaines reste inconnue, d’autres commencent à se révéler peu à peu comme ces pétroglyphes de l’Arizona.

LES PÉTROGLYPHES COMME TÉMOINS HISTORIQUES

Au coeur de la Verde Valley, une grande vallée située dans l’État d’Arizona, vous pouvez observer de nombreux dessins et gravures d’art vieux de 900 ans sur les parois rocheuses, témoignant de la culture antique des peuples qui y vivaient autrefois. Parmi ces gravures, on peut retrouver des représentations de personnages, d’animaux ou bien des dessins un peu plus abstraits.

Les pétroglyphes, gravures sur roche, du site V-Bar-V Heritage ont particulièrement attiré l’attention des archéologues et des touristes. En effet, il se trouve qu’à chaque solstice d’été, aux alentours du 21 juin, qui représente le jour le plus long de l’année, une partie des gravures est éclairée par le soleil et encadrée par des zones d’ombres formées par l’ombre des rochers. Ces gravures représentent un personnage dansant sous les rayons du soleil avec à ses côtés un plant de maïs. Après quelques recherches, les archéologues ont trouvé qu’il s’agissait d’un pétroglyphe annonçant l’heure de la récolte.

DES PEUPLES EN HARMONIE AVEC LA NATURE

Si à certains moments de l’année le soleil éclaire des glyphes en particulier, c’est parce que ces grandes fresques murales servaient autrefois de calendrier aux peuples antiques. En effet, selon la tribu Hopi, tribu descendante des Sinagua, interrogée par l’archéologue Kenneth Zoll, les gravures ont été produites de telle sorte qu’avec la réverbération du soleil sur les pierres, seulement certaines zones significatives d’une période de l’année ou d’un événement religieux sont éclairées. Cela permettait aux tribus de se rappeler des principales tâches qu’il devaient effectuer toute l’année.

Ces pétroglyphes sont donc les témoins d’une époque où les peuples vivaient en communion avec la nature et qu’ils prenaient le temps de l’observer afin de régler leurs habitudes et leurs activités selon celle-ci, notamment en ce qui concerne les périodes de récoltes. Des observations qui ont tout de même inspiré nos calendriers actuels.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux