— Cathy Keifer / Shutterstock.com

De nouvelles recherches révèlent que les araignées-loups mâles se livrent à des démonstrations de frottement des appendices, de frémissement de l’abdomen et de tapotement des pattes pour gagner les faveurs des femelles.

Le rythme dans la peau

En analysant les parades nuptiales de 44 mâles de l’espèce Schizocosa stridulans, des scientifiques de l’université du Nebraska ont découvert que les neuf individus ayant réussi à s’accoupler avec les femelles produisaient des signaux vibratoires plus complexes que les 35 ayant été éconduits. Il s’est également avéré que les premiers cités étaient plus susceptibles d’utiliser leurs chorégraphies sophistiquées pour séduire les femelles les plus imposantes, donnant généralement naissance à une progéniture plus nombreuse et robuste.

« Nous voulions comprendre pourquoi les mâles utilisaient des signaux complexes, qui demandent beaucoup d’énergie et de temps et sont également davantage susceptibles d’attirer des prédateurs », explique Noori Choi, co-auteur de l’étude, parue dans la revue Biology Letters.

L’équipe a constaté que cette complexité augmentait progressivement au fil de la parade nuptiale, pouvant durer jusqu’à 45 minutes, ce qui suggère que les mâles réagissaient probablement aux signes d’intérêt des femelles.

« Les émetteurs de signaux sont particulièrement attentifs à leur environnement ainsi qu’aux manifestations des destinataires, auxquelles ils s’adaptent », estime Eileen Hebets, auteure principale de l’étude. « Si nous voyons cela chez beaucoup d’autres groupes d’animaux, observer des comportements aussi sophistiqués chez les araignées était vraiment surprenant. »

« De nombreuses études montrent que les animaux préfèrent, dans une certaine mesure, la nouveauté »

De telles observations suggèrent que les femelles ne recherchent pas nécessairement les mâles les plus grands, les plus bruyants ou les plus forts, mais ceux qui se révèleront suffisamment athlétiques pour coordonner tous ces différents mouvements, ou signaux. Il est également probable que celles-ci soient plus aptes à traiter des signaux complexes, ou qu’elles aiment être surprises.

« De nombreuses études montrent que les animaux préfèrent, dans une certaine mesure, la nouveauté », souligne Hebets. « Cette complexité croissante pourrait en constituer une forme, avec des mâles faisant constamment évoluer leur chorégraphie afin de maintenir l’intérêt des femelles. »

Selon les auteurs de l’étude, des recherches supplémentaires seront nécessaires pour élucider la structure et les fonctions de ce comportement fascinant, et ainsi mieux cerner la dynamique sexuelle entre les araignées-loups mâles et femelles.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments