― RUCHUDA BOONPLIEN / Shutterstock.com

Si un grand nombre de personnes ressent une angoisse terrible à l’idée d’être blessé, de perdre un membre ou d’être amputé, il existe cependant un trouble assez rare qui suscite chez celles et ceux qui en souffrent le désir de perdre un ou plusieurs membres de leur corps, ou bien d’être amputés. On appelle cela l’apotemnophilie, terme utilisé pour la première fois en 1977.

L’apotemnophilie est une condition rare autant que peu étudiée. Voilà pourquoi peu de personnes sont vraiment au courant de son existence. Les personnes souffrant de ce trouble sont en général en bonne santé physique mais ont des difficultés à concevoir un ou plusieurs membres de leur corps comme leur appartenant. Au lieu de les percevoir comme familières, ils voient certaines parties de leur corps comme des étrangères, d’où leur désir de s’en séparer et d’être amputés. Parfois, le souhait est si intense qu’il va même jusqu’à prendre la forme d’une excitation sexuelle.

L’origine de ce trouble serait neurologique et pourrait s’expliquer par des blessures au lobe pariétal droit. Les recherches médicales les plus récentes montrent que l’apotemnophilie est liée à des problèmes au niveau du cortex préfrontal. Malheureusement, les médecins estiment qu’il n’y a pas de cause directe qui puisse vraiment expliquer l’apotemnophilie. Pour combler ce désir, certaines personnes atteintes de ce trouble vont parfois jusqu’à contacter des chirurgiens afin qu’ils les amputent (même si peu d’entre eux acceptent, pour des questions éthiques, bien évidemment) ou alors ils se font du mal volontairement de manière à ce que le recours à une amputation soit nécessaire et urgent.

Malheureusement, l’apotemnophilie est souvent liée à une forte dépression pour ceux qui en souffrent, dans la mesure où les malades se sentent isolés, confus et ont de grandes difficultés à savoir où se positionner, comment se définir physiquement et émotionellement. Ils ressentent un décalage entre le corps qu’ils ont physiquement et la façon dont ils se représentent mentalement celui-ci.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de