Réchauffement climatique : l’Antarctique est envahi par la végétation

Une nouvelle étude publiée par Current Biology révèle que la végétation commence à recouvrir l’Antarctique, faisant reculer le continent à son état géologique d’il y a plus de 3 millions d’années.

LES CONSÉQUENCES DIRECTES DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

« Les gens pensent à l’Antarctique comme une zone très glacée mais nos travaux montrent que des parties y sont vertes et qu’elles vont vraisemblablement devenir encore plus vertes », rapporte Matthew Amesbury, chercheur à l’Université de Exeter et auteur de l’étude. Les chercheurs ont découvert que des bancs de mousse se développaient de manière exponentielle dans la péninsule Nord du continent Antarctique.

Comme l’indique Matthew Amesbury, « même ces écosystèmes relativement protégés et dont les gens pensent qu’ils ne sont pas touchés par l’être humain, montrent les effets de l’Homme sur la modification du climat ». Le continent est directement atteint par le réchauffement climatique. Dans sa péninsule notamment, les températures sont à l’année plus souvent au-dessus du 0° qu’en dessous.

Conséquence directe de ce réchauffement, la quantité de mousse présente a été multipliée par 4. Une mousse qui pousse dans des terres gelées qui fondent en été et qui arrive désormais à survire lors du regel l’hiver.

L’ANTARCTIQUE RECUL DANS L’AGE GÉOLOGIQUE

Selon Rob DeConto de l’University du Massachusetts, ces signes indiquent que l’Antarctique retourne en arrière dans l’âge géologique. Le niveau actuel de CO2 serait équivalent aux taux observables il y a 3 millions d’années, une période où la calotte glacière du continent était bien plus petite et où le niveau des mers était plus élevé.

Si la pollution atmosphérique continue à ce rythme, l’Antarctique risque de reculer encore dans les ères géologiques. Des forêts pourraient ainsi voir le jour dans sa péninsule, un phénomène qui n’est pas arrivé depuis le Crétacé, époque où le continent n’était pas recouvert de glace.

UN PHÉNOMÈNE QUI POURRAIT S’ACCENTUER

Les auteurs de l’étude soulignent surtout que ce phénomène n’est qu’à son début. « Ces changements combinés avec la hausse des zones sans glace vont entrainer des altérations à grande échelle du fonctionnement biologique, de l’apparence et du paysage de la [péninsule Antarctique] ». Ils rappellent surtout que si la croissance des mousses reste encore modeste comparée à l’Arctique où des larges zones de verdures sont désormais observables, ce processus est bien des plus inquiétants.

Alors l’Antarctique va-t-il voir sa glace disparaitre pour devenir un continent entièrement vert ? En attendant de voir ce scénario se réaliser, cette nouvelle étude montre la nécessité d’agir au plus vite face à un réchauffement climatique aux conséquences plus que jamais immédiates et quasi irréversibles sur notre environnement.


Aimer un être, c’est tout simplement reconnaître qu’il existe autant que vous

— Simone Weil