10 animaux surprenants qui n’ont quasiment pas évolué depuis la Préhistoire

10 animaux surprenants qui n’ont quasiment pas évolué depuis la Préhistoire

Parmi les animaux que porte la Terre, certains auraient facilement leur place dans un film sur la Préhistoire. Leur aspect, leur âge ou leur faible évolution à travers le temps en ont fait les animaux les plus préhistoriques de notre planète.

LA GRENOUILLE NASIKABATRACHUS SAHYDRENSIS

Nasikabatrachus_sahyadrensis

Cette grenouille est la dernière représentante d’une famille d’amphibiens qui vivaient sur Terre il y a 130 millions d’années. Atypique, elle passe toute l’année sous terre, en sortant uniquement pendant deux semaines pour se reproduire. Cette faculté à vivre dans le sol lui confère son allure atypique, proche de celle des taupes ou des musaraignes sur certains aspects : de petits yeux, une bouche minuscule, un museau pointu et des pattes faites pour creuser plutôt que pour nager.

LE REQUIN-LUTIN

Requin-lutin

Ce requin à l’allure étrange vit dans les eaux profondes du globe. Pouvant atteindre 4 mètres, il ressemble peu à ses congénères, à tel point qu’il est désormais surnommé « l’alien des abîmes ». Sur Terre depuis environ 125 millions d’années, il s’agirait d’une espèce panchronique, c’est-à-dire qu’elle n’aurait presque pas évolué depuis son apparition.

LA SALAMANDRE GÉANTE DE CHINE

Capture-d’écran-2015-09-04-à-16.12.44

Plus grand amphibien du monde avec une taille pouvant dépasser 1m80, la salamandre géante de Chine serait apparue il y 170 millions d’années. Bien connue pour son effrayante apparence, elle est aujourd’hui en voie d’extinction.

LE CROCODILE

Crocodile-3

Ses ancêtres, les archosaures, vivaient il y a 255 millions d’années. Depuis, ils ont évolué en plusieurs sous-catégories, parmi lesquelles les dinosauriens et les crocodiliens. Dans cette seconde catégorie, se placent les alligators, les gavials et les crocodiles, donc. Même si ces derniers ont évolué depuis leur apparition, ils conservent une anatomie proche de celle de leurs ancêtres.

 

LE TRIOPS CANCIFORMIS

Triops

Mis à part leur taille, passés d’une vingtaine de centimètres à une dizaine seulement, les triops cancriformis ont peu évolué depuis leur apparition, qu’on estime à 300 millions d’années. Ils sont aujourd’hui menacés à cause de la dégradation de leurs espaces de vie, en Europe surtout. Leur rôle est cependant essentiel aux écosystèmes dont ils font partie.

LE COELACANTHE

coelacanthes

Autre espèce panchronique, le coelacanthe date d’il y a 350 millions d’années et a peu évolué depuis. Aujourd’hui menacé d’extinction, son étude intéresse les scientifiques en raison de son anatomie : il possède une poche de gaz faite d’épaisses parois. Cet organe pourrait être l’ancêtre du poumon, qui constitue une étape de l’évolution essentielle à l’apparition des animaux terrestres.

LE REQUIN-LÉZARD

requin-lézard

C’est sans doute l’animal le plus repoussant de notre classement. Le requin-lézard, bien qu’appartenant à la grande famille des requins, ressemble à une gigantesque anguille. Récemment aperçu en Australie, ce monstre des océans serait apparu il y a 380 millions d’années.

LE NAUTILE

nautile

De la famille des céphalopodes, les nautiles ont très peu évolué depuis leur apparition, il y a 500 millions d’années. Très prisés pour leur beauté, ils sont aujourd’hui en voie d’extinction.

LA MÉDUSE

Meduse

Apparue il y a 650 millions d’années, la méduse compte parmi les premiers métazoaires, ou organismes pluricellulaires. Cependant, on sait encore bien peu de choses sur leur évolution.

L’ÉPONGE

eponges-2

Longtemps considérée comme un végétal, l’éponge, ou porifera, est en réalité un animal. Ayant peu évolué depuis son apparition, il y a plus de 750 millions d’années, elle occupe sans conteste la première place de notre classement.

Ces espèces ancestrales, pour beaucoup très étranges, apparaissent aujourd’hui comme des fossiles des animaux les plus répandus sur Terre. Ne tient plus qu’à l’Homme de préserver cette fantastique diversité. 

3,2 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution.

— OMS