— Mehmet Cetin / Shutterstock.com

Il y a six millions d’années, nos ancêtres ont longuement parcouru la planète Terre. Nombreux sont les territoires où ils se sont installés et où ils ont vécu. Mais quel est réellement le tout premier site contenant des preuves archéologiques de leur existence ?

Du Kenya à l’Éthiopie

D’après une douzaine de chercheurs spécialisés en archéologie préhistorique et en anthropologie, il existe deux endroits qui pourraient bien être le site archéologique le plus ancien du monde : l’un au Kenya et l’autre en Éthiopie.

La réponse à cette question bien mystérieuse est « un sujet qui a depuis récemment divisé la communauté archéologique », explique à Live Science Yonatan Sahle, maître de conférences en archéologie à l’université du Cap, en Afrique du Sud.

Lomekwi 3

Le premier site qui pourrait être le plus ancien site archéologique connu au monde est appelé Lomekwi 3. Il abrite des ossements d’hominidés et des artefacts en pierre. Il est situé sur une colline basse à West Turkana, au Kenya.

D’après une étude publiée en 2015 dans la revue Nature, l’âge de ce site serait d’environ 3,3 millions d’années. Une date trouvée par des chercheurs qui sont parvenus à dater les sédiments où les artefacts ont été trouvés. Des découvertes qui « marquent un nouveau départ pour les archives archéologiques connues », expliquent dans l’article les scientifiques, comme l’a rapporté Live Science.

Par ailleurs, d’après Jason Lewis, directeur adjoint du Turkana Basin Institute et co-auteur de l’article, est sûr que « Lomekwi 3 est le plus ancien site archéologique connu au monde ». Si Jeremy DeSilva, professeur agrégé d’anthropologie au Dartmouth College, est d’accord avec cela, il a toutefois fait remarquer que tous les chercheurs ne sont pas d’accord. « Lomekwi est controversé, et certains de nos collègues ne sont toujours pas convaincus de l’ancienneté de ces outils », a-t-il expliqué à Live Science.

Lomekwi 3 remis en question

Plusieurs articles remettent effectivement en question « le statut des artefacts de Lomekwi 3, arguant que certains des artefacts n’ont pas été trouvés dans un contexte où l’âge des artefacts peut être certain », a déclaré à Live Science David Braun, professeur d’anthropologie à l’université George-Washington. Autrement dit, il est probable que les artefacts ne datent pas de la même époque que les sédiments dans lesquels ils ont été trouvés.

Yonatan Sahle fait partie de ces archéologues sceptiques. Il a expliqué que pour « beaucoup d’entre nous, les preuves sans équivoque des anciennes occurrences archéologiques se présentent sous la forme d’outils en pierre de Gona vieux de 2,6 millions d’années. Les résultats de datation pour Lomekwi 3 sont contestés, et il y a de sérieux doutes sur le fait que les restes trouvés sur ce site datent de 3,3 millions d’années. » Il explique également que « les déductions faites sur le contexte chronologique et comportemental des assemblages archéologiques de Gona découlent de décennies de recherche et ont donc résisté à l’épreuve du temps ».

En outre, Tim White, co-directeur du Human Evolution Research Center à l’université de Californie, Berkeley, a révélé que « les affirmations de Lomekwi n’ont pas été suffisamment démontrées lorsqu’elles ont été annoncées, et il n’y a eu aucune nouvelle preuve fournie, malgré plusieurs critiques mûrement réfléchies de l’annonce originale de Nature ». Tim White a de surcroît affirmé que Gona a les meilleures preuves pour être considéré comme le plus ancien site archéologique.

Enfin, certains archéologues soutiennent l’idée que Lomekwi 3 est plus âgé que Gona. Rick Potts, directeur du programme des origines humaines du Smithsonian, est persuadé que Lomekwi 3 est « le plus ancien site avec des preuves solides. Il est le site le plus ancien qui possède des artefacts en pierre fabriqués par dans ancêtres humains. »

Un potentiel troisième candidat ?

Si deux sites sont potentiellement le plus ancien site archéologique connu au monde, un potentiel troisième candidat est apparu sur le devant de la scène.

David Braun a par exemple expliqué que si les futurs travaux de terrain ne pouvaient pas préciser la datation de Lomekwi 3, son deuxième choix pour le site archéologique le plus ancien serait Ledi-Geraru à Afar, en Éthiopie. Un site qui remonte à environ 2,8 millions d’années.

Sur ce lieu, les chercheurs ont trouvé une mandibule partielle d’hominine avec des dents. Elle a été datée grâce à l’âge des sédiments environnants, comme ils l’ont rapporté dans la revue Science, en 2015. Yonatan Sahle a néanmoins émis des doutes sur la datation de ce site, affirmant qu’il pourrait être plus jeune que 2,8 millions d’années, et que Gona est le site avec les meilleures preuves sans équivoque.

La question de savoir quel site archéologique est le plus ancien connu au monde continue donc de diviser considérablement la communauté archéologique… Connaîtrons-nous un jour la réponse ? L’avenir nous le dira…

2
COMMENTEZ

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Marie claire LemoineBelouve Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Belouve
Invité
Belouve

La photo en tête de l’article montre le site archéologique de Gobekli tepe, à Şanlıurfa en Turquie, il est considéré lui, comme le premier temple de l’histoire, à l’époque du Néolithique 😉

Marie claire Lemoine
Invité
Marie claire Lemoine

Des théories, il se pourrait…

Les faits avérés ?