Collier de perles modernes en coquille d’œuf d’autruche d’Afrique de l’Est — © Hans Sell

Si les réseaux sociaux modernes placent chaque utilisateur à portée de clic, il n’en a pas toujours été ainsi. Des scientifiques ont identifié un objet unique ayant permis aux humains de se « connecter » il y a des dizaines de milliers d’années : des perles en coquille d’œuf d’autruche.

Des artefacts idéaux pour comprendre les relations sociales anciennes

Les chercheurs se sont toujours demandé quand, comment et pourquoi différentes populations avaient été amenées à tisser des liens par le passé. Ils ont découvert qu’entre 50 000 et 33 000 ans en arrière, les populations d’Afrique orientale et australe utilisaient des perles en coquille d’œuf d’autruche presque identiques, suggérant l’existence d’un réseau social de plus de 3 000 kilomètres reliant les populations de deux régions différentes.

Publiée dans la revue Nature, la nouvelle recherche indique que la technologie des perles en coquille d’œuf d’autruche est probablement née en Afrique de l’Est et s’est répandue vers le sud via un réseau régional. Cette connexion s’est rompue il y a environ 33 000 ans, les populations restant isolées jusqu’à l’arrivée des bergers en Afrique australe.

Selon les chercheurs, les perles en coquille d’œuf d’autruche constituent des artefacts idéaux pour comprendre les relations sociales anciennes. Il s’agit des plus anciens ornements entièrement fabriqués au monde, ce qui signifie qu’au lieu de s’appuyer sur la taille ou la forme naturelle d’un objet, les humains ont complètement transformé les coquilles afin de produire des perles.

— Maciej Czekajewski / Shutterstock.com

« Les résultats sont surprenants, mais le schéma est clair. Sur les 50 000 ans étudiés, c’est la seule période où les caractéristiques des perles sont les mêmes », explique Yiming V. Wang, co-auteur de l’étude. « C’est comme suivre une piste de miettes de pain. Les perles sont des indices, dispersés dans le temps et l’espace, qui n’attendent que d’être identifiés », ajoute Jennifer M. Miller, qui a supervisé les recherches.

Le plus important registre de perles de coquilles d’œufs d’autruche au monde

Les deux scientifiques sont parvenus à ces conclusions après avoir constitué le plus important registre de perles de coquilles d’œufs d’autruche au monde, intégrant les données de plus de 1 500 artefacts individuels déterrés sur 31 sites d’Afrique australe et orientale et fabriqués au cours des 50 000 dernières années.

Constituant le plus ancien réseau social jamais identifié, cette connexion coïncide avec une période particulièrement humide en Afrique orientale. La disparition des perles y a 33 000 ans environ a été attribuée à un changement majeur des climats mondiaux, caractérisé par le déplacement vers le sud de la ceinture de pluie tropicale et une chute spectaculaire des précipitations en Afrique de l’Est.

« Grâce à cette combinaison d’indices paléoenvironnementaux, de modèles climatiques et de données archéologiques, nous pouvons observer le lien entre le changement climatique et les comportements culturels », estime Wang. « Ces données fournissent également un nouvel aperçu des stratégies sociales variables entre l’Afrique orientale et l’Afrique australe en documentant différentes trajectoires d’utilisation des perles à travers le temps. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments