Image d’illustration ― Petr Malyshev / Shutterstock.com

Récemment, des archéologues israéliens ont découvert une bague sertie d’une améthyste aux vertus bien particulières. En effet, bien que ce type de bijou ait été commun dans l’Empire romain antique, cette bague est loin d’être comme les autres puisqu’elle aurait permis à son ou sa propriétaire de contrer les effets secondaires dus à l’alcool, notamment la gueule de bois.

Une bague vieille de 1 300 ans au moins

Cette bague d’améthyste en or daterait du septième siècle après Jésus-Christ, voire probablement avant. Il est en réalité impossible de dater avec précision ce type de bijou puisque comme nous l’explique Ruth Schuster du journal Haaretz, les chercheurs n’ont pas la possibilité de dater directement des objets non organiques comme le métal et les pierres précieuses, même en utilisant la datation au carbone. Toutefois, ils ont pu estimer la date de création de l’entrepôt où elle a été découverte au VIIe siècle après Jésus-Christ, période compliquée s’il en est pour l’Empire byzantin qui avait alors perdu le contrôle de la région au profit des forces arabo-musulmanes.

Cette bague a donc été trouvée sur le site d’une exploitation viticole autrefois très importante et fondée sous l’ère byzantine, à Yavné (située au sud de Tel-Aviv). Rossella Tercatin, journaliste au Jerusalem Post, précise que la bague a été découverte dans un entrepôt alors utilisé pour stocker le vin produit par l’exploitation. La découverte de cette bague d’améthyste au coeur du site d’une ancienne exploitation viticole est particulièrement amusante et ironique, si l’on considère les vertus attribuées à l’améthyste à l’époque. En effet, « de nombreuses vertus ont été attachées à cette pierre précieuse, notamment la prévention de l’effet secondaire de l’alcool, la gueule de bois », explique Amir Golani, archéologue à l’Autorité des antiquités d’Israël (IAA), dans un communiqué.

Les vertus particulières de l’améthyste

Selon le journal Haaretz, l’étymologie du mot améthyste vient du grec amethystos, signifiant « non enivrant ». Amethystos serait également lié au terme medhu, qui signifie hydromel. Il est important de noter qu’en Grèce antique, les améthystes offraient deux solutions pour éviter l’ivresse. Soit on les incorporait dans les verres à vin, soit on les portait en buvant. En effet, « en raison de leurs teintes semblables à celles du sang, les améthystes, comme les rubis, étaient considérées dans le monde antique comme contenant de l’énergie et des pouvoirs de guérison », nous explique Golani.

Le lien entre les améthystes et la sobriété aurait été fait en première occurrence par Asclépiade de Samos, né vers 320 avant J.-C., qui avait mentionné le phénomène dans un poème, selon la Gemmological Association of Great Britain.

Le mystérieux propriétaire de la bague

Ce type de bijou en or serti d’améthyste était commun dans l’Empire romain antique, et usuellement porté par les membres des élites. Cette bague, précisément, aurait donc été portée par un membre de l’élite de Yavné. Il pourrait même s’agir d’un héritage transmis de génération en génération selon les chercheurs, pour lesquels il ne fait aucun doute que ce bijou de qualité appartenait à une personne riche, d’un rang social élevé, déclare Stuart Winer pour le Times of Israel. Amir Golani ajoute que « sa taille et son caractère ostentatoire indiquent qu’elle appartenait à quelqu’un qui voulait faire étalage de sa richesse ».

Elie Haddad, codirecteur des fouilles et archéologue pour l’IAA, soulève d’autres hypothèses : lui estime qu’il est « possible que la splendide bague ait appartenu au propriétaire du magnifique entrepôt, à un contremaître, ou simplement à un visiteur malchanceux, qui a laissé tomber et perdu sa précieuse bague, jusqu’à ce que nous la découvrions enfin ».

Une découverte extraordinaire

Cette découverte a été faite à l’issue de fouilles à grande échelle menées par l’IAA à Yavné en prévision d’un projet de construction. En plus des restes du vignoble dont nous avons parlé plus tôt, les archéologues ont trouvé de nombreux artefacts, comme par exemple une mosaïque colorée datant de 1 600 ans et un œuf de poule intact âgé de 1 000 ans (que les chercheurs ont ensuite cassé par erreur). L’année passée, des adolescents bénévoles travaillant sur une fouille dans la ville ont même fait la découverte d’un trésor de centaines de pièces de monnaie vieilles de 1 100 ans.

Cette découverte est d’autant plus extraordinaire que « trouver une bague ancienne avec une pierre semi-précieuse intacte est rare », déclare Amir Golani au London Times.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de