À la suite de la catastrophe du Rana Plaza, les principales entreprises américaines spécialisées dans le textile avaient choisi de sélectionner scrupuleusement les entreprises bangladaises avec lesquelles elles travaillaient, ce qui ne semble cependant pas être le cas d’Amazon.

Des conditions déplorables et dangereuses

Le 24 avril 2013, le Rana Plaza, immeuble spécialisé dans la confection textile situé dans l’agglomération de Dacca, capitale du Bangladesh, s’effondrait et faisait plus de 1 100 morts. Un terrible incident qui avait poussé la plupart des grandes marques américaines de textile à s’associer à des organismes de contrôle chargés de les empêcher de vendre des articles provenant d’usines ne respectant pas certaines normes de sécurité. Ce qui ne serait cependant pas le cas d’Amazon, si l’on en croit la vaste enquête du Wall Street Journal au sujet des pratiques du géant américain du e-commerce.

De nombreux articles provenant de dizaines d’usines installées au Bangladesh et considérées « trop dangereuses » pour faire partie des chaînes d’approvisionnement de la plupart des grands distributeurs américains, seraient ainsi régulièrement proposés sur Amazon. Dans son enquête, le quotidien new-yorkais évoque notamment un haut pour enfant vendu 4,99 dollars par un revendeur tiers sur la plateforme, provenant d’un atelier de Chittagong « ne possédant pas d’alarme incendie » et dont les managers peuvent condamner les accès afin « d’enfermer les travailleurs à l’intérieur ».

— StevenK / Shutterstock.com

De nombreux articles fabriqués dans ces usines continuent à être vendus sur Amazon

Le Wall Street Journal précise également avoir trouvé sur Amazon d’autres articles textiles fabriqués dans des usines installées au Bangladesh dont les propriétaires se refusaient à suivre les normes de sécurité, évoquant notamment des bâtiments prêts à s’effondrer, des alarmes hors service, ou des dispositifs de sécurité manquants. Aujourd’hui considéré comme le premier vendeur de vêtements aux États-Unis, Amazon ignore « les nombreuses contraintes appliquées par les grandes entreprises américaines à leurs produits et magasins, parfois d’une manière pouvant mettre en danger clients et travailleurs ».

Le géant du e-commerce accueillant sur sa plateforme des millions de vendeurs tiers, non tenus de respecter les normes qu’Amazon impose à ses filiales et dont une bonne partie sont anonymes, ce phénomène s’en trouve largement amplifié. Suite à la publication de l’enquête du Wall Street Journal, la firme américaine a retiré certains des articles fabriqués dans les usines bangladaises épinglées, et a déclaré inspecter scrupuleusement « les usines fournissant ses propres marques pour s’assurer qu’elles soient conformes aux normes de sécurité internationales ».

Bien qu’aucun article vendu par les marques appartenant à Amazon ne semblait avoir été fabriqué dans les usines bangladaises blacklistées, l’enquête a toutefois conclu que la plupart des produits provenant de ces ateliers étaient proposés « par des vendeurs tiers » et d’autres « directement par Amazon ».

COMMENTEZ
2

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Papounet UTVictory Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Victory
Membre
Victory

Allez sur CLIQUER – excellent site de rencontres pour adultes avec système de recherche intelligent pour trouver un partenaire pour avoir des relations sexuelles bmnm

Papounet UT
Invité
Papounet UT

Comme tout le monde. Vous pensez vraiment qu’une paire de Nike à 100 euros coûte vraiment ce prix là ? Ça vaut 15 € à fabriquer et c’est fait à la chaîne en Chine. Tout le monde vend ce genre de produit. Ce n’est pas spécifique à Amazon. Et de… Lire la suite »