— Palatinate Stock / Shutterstock.com

Cela fait longtemps que des rumeurs circulent sur les conditions de travail déplorables chez Amazon. Tout récemment, certains employés du géant de vente en ligne se sont à nouveau plaints du fait qu’ils étaient contraints d’uriner dans des bouteilles. Si Amazon a fermement nié ces allégations dans un premier temps, l’entreprise a finalement admis que c’était bien le cas.

Des excuses pour se justifier d’un problème évident de mauvaises conditions de travail

Au mois de mars de cette année, le géant du commerce en ligne Amazon a nié les allégations selon lesquelles certains employés de la firme – notamment les chauffeurs – étaient obligés d’uriner dans des bouteilles. En effet, l’entreprise a voulu mettre un terme à cette rumeur qui date de plusieurs années et qui reste d’actualité avec un nouveau rapport publié par The Intercept. De son côté, le représentant américain Mark Pocan avait également critiqué Amazon sur Twitter concernant le fait que l’entreprise se qualifiait de progressiste alors qu’elle était notoirement antisyndicale, étant donné les nombreuses plaintes des travailleurs concernant des employés devant uriner dans des bouteilles.

“Le fait que vous payiez vos employés 15 dollars de l’heure ne fait pas de vous un lieu de travail progressiste”

La tactique d’Amazon n’a pas été particulièrement efficace, dans la mesure où cela a incité de nombreuses personnes à dévoiler au grand jour que des employés d’Amazon sont bel et bien obligés d’utiliser des bouteilles pour uriner. Face au scandale, Amazon n’a pas eu d’autre choix que de reconnaitre ses torts et de s’excuser. Dans un article de blog publié le 2 avril, l’entreprise s’est ainsi spécifiquement excusée auprès de Mark Pocan concernant les réponses données à son tweet. Amazon a également reconnu que le contenu de ses réponses au tweet était incorrect.

“Il ne s’agit pas de moi mais de vos employés — que vous ne traitez pas avec assez de respect et de dignité. Commencez par reconnaître les conditions de travail inappropriées que vous avez créées pour TOUS vos employés.”

Pour se justifier, Amazon a déclaré que l’entreprise n’avait pas pris en compte sa population de conducteurs, qui pourraient avoir du mal à se rendre aux toilettes en raison de l’absence de ces commodités tout le long des routes rurales, ainsi que de toilettes publiques fermées en raison de la pandémie de Covid-19. Mais ces explications ne tiennent pas la route dans la mesure où l’entreprise a également admis que ce problème dure depuis longtemps et est généralisé à toute l’industrie. « Nous aimerions le résoudre. Nous ne savons pas comment, mais nous allons chercher des solutions », a finalement conclu Amazon dans son article.

“Les excuses d’Amazon à Mark Pocan prennent soin de souligner que les chauffeurs sont les seuls à souffrir d’un manque d’accès aux toilettes ; apparemment les employés en entrepôt sont dans de bonnes conditions. J’ai interrogé beaucoup de ces employés sur ces problèmes de toilettes ; ils ne sont absolument pas dans de bonnes conditions”

Des excuses qui n’ont pas eu l’effet escompté

Mais ces excuses sont loin d’être suffisantes dans la mesure où de nombreux interlocuteurs d’Amazon ont pointé du doigt le fait que les chauffeurs n’étaient pas les seuls concernés. En effet, certains employés travaillant en entrepôts sont également obligés d’utiliser des bouteilles pour uriner. Dans ces cas-là, c’est surtout le manque de pauses accordées aux salariés qui a été mis en exergue, a noté CBS News. En fait, les employés dans les entrepôts d’Amazon ne disposeraient que de 15 minutes de pause, les toilettes étant alors trop éloignées des postes de travail pour pouvoir effectivement s’y rendre pour se soulager.

Devoir s’excuser et admettre un tel problème n’arrangera certainement pas les affaires d’Amazon qui fait déjà face à de nombreux autres problèmes concernant les conditions de travail de ses employés. Récemment, l’entreprise a même été attaquée en justice par l’État de New York pour ne pas avoir pris les précautions nécessaires afin de protéger ses salariés contre le Covid-19. Ajoutant à cela la création du tout premier syndicat dans un entrepôt en Alabama. Le syndicat a notamment dénoncé le fait que les conditions de travail dans l’entrepôt sont très mauvaises, alors que les salaires sont très bas.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
RUSTINETTE Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
RUSTINETTE
Invité
RUSTINETTE

ah quel monde, arrêtez de commander sur ce site serait déjà un bon début, je ne commande rien sur ce site qui se moque de tout à part ramasser du fric, une honte énorme pour vendre des poupée sexuelle à l’effigie d’enfant, des pédocriminels en puissance, un non respect de… Lire la suite »