— Jonathan Weiss / Shutterstock.com

Cela fait désormais trois semaines que la France a adopté le principe de taxation des grands groupes technologiques regroupés sous l’acronyme GAFA. Depuis, les réactions ont été nombreuses et la France fait cavalier seul sur ce sujet épineux. Amazon, l’un des membres directement visés par cette nouvelle mesure, a décidé de contre-attaquer. Malheureusement, ce seront les entreprises françaises qui subiront cette taxe.

Amazon réagit sévèrement

Regrettant la décision du président français, Amazon a expliqué sur son site Internet n’avoir “d’autre choix” que d’alourdir les charges financières de sa filiale française. Ainsi, concrètement, la taxe initialement dirigée à l’encontre du géant de la vente en ligne sera directement renvoyée sur les tarifs des services qui sont proposés aux entreprises françaises. Celles-ci utilisent, en nombre, la plate-forme d’Amazon, qui leur permet d’obtenir une plus grande visibilité sur les produits proposés aux clients français.

Ainsi, les vendeurs utilisant la plate-forme Marketplace ont d’ores et déjà été informés d’une hausse des commissions appliquées par le géant américain, à hauteur de 3 %. Sur les réseaux sociaux, cette mesure fait un tollé, ce qui a forcé Amazon à réagir. Un message explique d’ailleurs aux clients qu’Amazon n’est « pas en mesure d’absorber une taxe supplémentaire assise sur le chiffre d’affaires”, du fait de la nature du commerce d’Amazon, à très faible marge de commerce.

Une décision qui n’est pas du goût du ministère de l’Economie et des Finances

La taxe GAFA n’avait pas pour but de rendre ces géants numériques moins compétitifs. L’objectif initial était de faire payer des impôts en France, selon un principe de justice fiscale. À titre d’exemple, Google, qui dégage des milliards de bénéfices, n’avait payé que 17 millions d’euros d’impôts en France en 2018.

Ainsi, la technique d’Amazon est de taxer à hauteur de 3 % les vendeurs exerçant sur son site, car c’est également le pourcentage qui correspond à l’impact sur son chiffre d’affaires prévu par la nouvelle loi. Rappelons que Donald Trump avait également, en réponse à l’annonce de cette taxe française, menacé les importateurs de vin français d’une taxe équivalente. Également, il avait évoqué “la stupidité” d’Emmanuel Macron.

En ce qui concerne les autres membres du groupe d’entreprises classées comme GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple), les réactions sont diverses. Pour le moment, Google et Apple ne se sont pas exprimés, et Facebook a expliqué que la hausse de ses tarifs est étudiée, mais que pour le moment, rien n’est prévu. Reste à savoir si Amazon deviendra moins compétitif de par cette taxe… pas sûr. Pour rappel, le Daily Geek Show vous demandait en décembre dernier si vous étiez pour ou contre la taxation en France des GAFA : à une très large majorité de 95 %, vous étiez favorables à une mesure allant dans le sens d’un régime fiscal plus dur en France.

COMMENTEZ
14

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
12 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
2 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
13 Auteurs du commentaire
Etienne MailletGuy DERIDETJIEMPE56Stecanellachristine brunel Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Le corre
Invité
Le corre

Et Jeff est le numéro 1 des milliardaires au monde

hello
Membre
hello

De l’or dans les poches du plomb dans la tête. Bien sur Ce géant profite des infrastructures payées entretenues par nos impôts telles que les routes , le pouvoir d’achat de personnes etant allees a l’école.. .bien sur. Peut on vivre sans A. ? A chacun sa réponse. Ca fait… Lire la suite »