― Jonathan Weiss / Shutterstock.com

Amazon fait face à un nouveau scandale de taille. Le site américain Vice affirme dans une enquête que le géant de l’e-commerce surveille les discussions de ses livreurs indépendants sur les réseaux sociaux dans le but d’identifier leurs préoccupations et de détecter d’éventuelles grèves qui se préparent. Cela concernerait les chauffeurs de livraison Flex aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Espagne.

D’après le site américain, la firme de Jeff Bezos aurait espionné les discussions des employés en question sur des sites comme Facebook, Reddit et Twitter. Des rapports réguliers seraient envoyés en interne dans l’entreprise et transmis à la direction. De cette façon, cette dernière aurait pu repérer et garder un œil sur les employés qui ne sont pas contents de leurs conditions de travail ou qui évoquent d’éventuelles grèves ou manifestations contre la firme.

Cela semble cohérent. Rappelons que le géant américain est réputé pour ses méthodes agressives contre les tentatives de manifestations. Il n’a effectivement pas hésité à licencier des travailleurs ayant mené des grèves ou critiqué l’entreprise par le passé. Pour l’heure, il n’a pas encore commenté la nouvelle. Cependant, celle-ci survient alors que ses chauffeurs-livreurs évoquent de plus en plus leurs mauvaises conditions de travail dans l’entreprise.

En outre, cette nouvelle tombe plutôt mal car la firme fait actuellement face à une autre polémique concernant des offres d’emploi pour recruter des analystes en renseignements afin de surveiller les menaces de syndicalisation au sein de la firme. À l’heure où nous écrivons ces lignes, cette annonce a déjà été supprimée par Amazon. Sa porte-parole Leah Seay a expliqué que la fiche ne décrivait pas correctement le poste.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de