— © University of Rochester / Youtube

La nature est sans aucun doute la meilleure source d’inspiration pour les inventions humaines. Cela a été effectivement le cas pour ce métal qui ne coule pas dans l’eau. Sa création a notamment été inspirée par les araignées et les fourmis.

Une incroyable capacité hydrophobique

Inspirés par les araignées plongeuses et les fourmis de feu, des scientifiques de l’université de Rochester, à New York, ont créé une structure métallique qui ne coule pas dans l’eau. La structure utilise une technique révolutionnaire qui se sert des rafales femtosecondes de lasers afin de décaper les surfaces métalliques avec des motifs complexes à l’échelle micro et nanométrique. Cela permet d’emprisonner l’air et de rendre les surfaces hydrophobes.

L’idée novatrice a été inspirée par la capacité des fourmis de feu et des araignées plongeuses à capturer l’air dans un espace clos. Cela leur permet de survivre dans l’eau et sous l’eau. Les araignées plongeuses utilisent leur toile pour fabriquer un vaisseau en forme de cloche qu’elles retiennent entre leur corps hydrophobe et leurs jambes. Les fourmis de feu utilisent leurs corps hydrophobes pour fabriquer un radeau en emprisonnant de l’air entre elles.

Une découverte prometteuse, mais à améliorer

L’équipe de chercheurs dirigée par Chunlei Guo, professeur d’optique et de physique à l’université de Rochester, a publié le résultat de leurs recherches dans la revue ACS Applied Materials and Interfaces. Ils y expliquent notamment que leur nouvelle technique est efficace, mais qu’elle est limitée dans le temps. Les chercheurs ont, en effet, constaté qu’après avoir été immergées dans l’eau pendant de longues périodes, les surfaces pouvaient commencer à perdre leurs propriétés hydrofuges.

Durant leurs recherches, les chercheurs ont utilisé des plaques d’aluminium pour créer la nouvelle structure hydrofuge. Cependant, le professeur Chunlei Guo a déclaré dans un communiqué de presse que « le procédé de gravure pourrait être utilisé pour littéralement tous les métaux, ou autres matériaux », et pas seulement pour l’aluminium.

Cela ouvrirait la voie à une multitude d’usages. « Cette découverte pourrait conduire à la fabrication d’un navire insubmersible et à des dispositifs de surveillance électronique capables de survivre à long terme dans l’océan », a également déclaré le professeur Guo.

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Nicolas Vaché Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Nicolas Vaché
Invité
Nicolas Vaché

Ce n’est donc pas un nouvel alliage de métal mais plutôt une méthode de fabrication. Soyez précis