― Therese Hansen / Shutterstock.com

L’alcool est utile dans de nombreux domaines. On peut notamment l’utiliser en cuisine, pour le nettoyage ou encore pour la conservation de différentes choses. Dans les musées, les petites créatures décédées flottant dans les bocaux sont conservées avec de l’alcool. Cette méthode est appelée « conservation en fluides ».

Une méthode utilisée depuis plus de quatre siècles

Cette méthode est utilisée par les scientifiques depuis les années 1600 pour préserver divers spécimens. Avec les bons dosages, elle permet de conserver des échantillons pendant des centaines d’années. Bill Carroll, professeur de chimie à l’université de l’Indiana à Bloomington, a expliqué que l’alcool est toxique pour les micro-organismes qui causent la pourriture.

La préservation de matières organiques, de tissus ou de petits animaux nécessite une certaine concentration alcoolique, a expliqué Katherine Maslenikov, responsable des collections de poissons au Burke Museum de Seattle. Pour conserver des poissons dans des bocaux, cette dernière immerge généralement le spécimen dans un bocal rempli de 70 % d’alcool et de 30 % d’eau. De cette façon, il contient suffisamment d’alcool pour empêcher la croissance des bactéries et moisissures, et suffisamment d’eau pour que les tissus restent hydratés.

― David Pineda Svenske / Shutterstock.com

Il est important de choisir le bon dosage d’alcool

L’alcool agit comme un déshydratant lorsque sa concentration est trop élevée. Dans ce cas, le manque d’eau entraîne la dénaturation ou le durcissement des sujets. D’après une étude publiée dans la revue Plos One et datant de 2013, il s’agirait d’un moyen courant de préserver l’ADN. Ainsi, il est important de choisir le bon pourcentage d’alcool, car une quantité inadéquate peut changer la forme et la flexibilité de l’échantillon.

Il n’est toutefois pas facile de choisir la bonne quantité d’alcool pour conserver l’échantillon. Christopher Rogers, professeur de recherche au Kansas Biological Survey and Center for Ecological Research de l’université du Kansas, explique que l’alcool peut être dilué lorsque l’organisme a suffisamment d’eau dans ses tissus. Dans ce cas, le taux de concentration de l’alcool n’est plus suffisant. Par conséquent, il ne tue pas les micro-organismes et l’échantillon finit par se décomposer.

Le chercheur a expliqué qu’il est important de changer l’alcool 24 heures après le décapage de la créature, car cela augmente le taux de concentration d’alcool dans la solution.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de