— Leo Bucher / Shutterstock.com

En simulant la solidification de son océan de magma, des chercheurs du Centre allemand pour l’aéronautique et l’astronautique (DLR) ont récemment déterminé que la Lune s’était en fait formée plus tard que ce que les scientifiques estimaient jusqu’alors.

Une collision cataclysmique

Il y a des milliards d’années, Théia, impacteur de la taille de Mars, entrait en collision avec la Terre. Et il s’avère qu’une partie des débris générés allaient s’agglomérer pour former un nouveau corps rocheux : la Lune. Dans le cadre de ces nouveaux travaux publiés dans la revue Science Advances, une équipe de chercheurs allemands a reconstitué la chronologie de sa formation afin d’estimer plus précisément son âge.

Alors que l’on pensait auparavant que la collision ayant entraîné la formation de notre satellite naturel s’était produite il y a 4,51 milliards d’années, ces nouveaux travaux situent plutôt sa naissance il y a seulement 4,425 milliards d’années. Soit 85 millions d’années plus tard qu’estimé auparavant.

Pour parvenir à cette conclusion, l’équipe s’est penchée sur le processus de solidification de l’océan de magma de plus de 1 000 kilomètres de profondeur recouvrant alors la Lune. Le modèle numérique employé a révélé que l’océan de magma lunaire avait mis près de 200 millions d’années à se solidifier, quand les précédentes recherchent estimaient la durée de ce processus à seulement 35 millions d’années.

— © NASA / JPL-Caltech / T. Pyle (SSC)

« Nous avons pu retracer l’évolution de l’océan jusqu’à son point de départ, c’est-à-dire le moment où la Lune s’est formée »

Cette découverte s’avérant insuffisante pour déterminer précisément l’âge de la Lune, l’équipe de recherche a procédé à de nouveaux calculs afin de déterminer l’évolution de la composition des minéraux silicatés s’étant formés durant la phase de solidification de l’océan de magma lunaire. Ce qui leur a permis de mettre en évidence un changement drastique de sa composition.

« En comparant la composition de différentes types de roches lunaires à celle de l’océan de magma prévue par notre modèle, nous avons pu retracer l’évolution de l’océan jusqu’à son point de départ, c’est-à-dire le moment où la Lune s’est formée », explique la chercheuse Sabrina Schwinger.

Étonnamment, l’âge de notre satellite se révèle proche de celui que les chercheurs avaient précédemment estimé pour la formation du noyau métallique de la Terre, correspondant au moment où la formation de notre planète était considérée comme achevée. « C’est la première fois que l’âge de la Lune peut être directement rattaché à un événement s’étant produit à la toute fin de la formation de la Terre, à savoir la formation du noyau », concluent les auteurs de l’étude.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de