La technologie d’intelligence artificielle Deepfake, entre humour, résultats impressionnants et horreur. De plus en plus mise sur le devant de la scène, cette technique digitale qui consiste à changer le visage d’une personne au sein d’une séquence vidéo à partir d’images similaires, est progressivement critiquée et portée en épingle par bon nombre d’acteurs de l’Internet. Diverses entreprises comme Google, ou même Facebook, souhaitent lutter contre. Le résultat est d’autant plus bluffant quand un comédien doué use de cette nouvelle technologie.

Une série d’imitations incroyables

L’acteur Jim Meskimen est tout simplement exceptionnel dans ce vidéo-clip. En imitant la voix des individus que la technologie Deepfake s’efforce de faire apparaître sur son visage, il arrive à des résultats choquants et convaincants. Ainsi, vous reconnaîtrez dans cette vidéo plusieurs personnalités, artistes ou encore politiques mondialement connus : George W. Bush, Morgan Freeman ou George Clooney.

Pour parvenir à un tel résultat de précision, la technique de deepfake a besoin d’une base de données conséquente, puisqu’il est nécessaire d’avoir des images photographiques prises à partir de plusieurs angles de vue. À noter que la technologie permise grâce à l’intelligence artificielle est également capable d’imiter la voix d’individus. Ici, avec le talent de l’acteur, ce n’est pas indispensable.

— Denis Makarenko / Shutterstock.com

Une technologie décriée

De plus en plus accessible au grand public, la technologie deepfake interroge et alerte les autorités. En particulier celles du monde digital, qui s’inquiètent de son possible usage pour fausser les identités. Les premiers individus susceptibles de se faire imiter avec ce genre de résultat époustouflant sont les personnages publics, puisque des centaines, voire des milliers de photos et de vidéos peuvent être utilisées pour alimenter ce type d’intelligence artificielle.

Comme toute technologie, cette dernière peut être exploitée à la fois pour le bien et pour le mal. On peut notamment procéder aux effets spéciaux, dans le cinéma, qui pourraient en tirer un formidable outil pour construire des figures sur des modèles plus âgés, voire décédés. Malheureusement, les mauvais penchants semblent bien plus importants, en particulier à l’approche des questions houleuses de la politique américaine. Il est logique de penser qu’une telle technologie peut être utilisée comme une arme, avec une précision qui mettrait plusieurs jours de vérification pour déceler le vrai du faux. Cela suffirait à discréditer un candidat à une élection, par exemple.

Face à cette véritable manipulation des esprits qui s’orchestre, Google s’est engagé dans la lutte contre cette technique en fournissant une large base de données aux chercheurs afin qu’ils améliorent leur outil de détection : 3000 vidéos leur ont été offertes. En ce qui concerne Facebook, la firme a investi 10 millions de dollars.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de