— HeatherJane / Shutterstock.com

De plus en plus d’études démontrent l’importance du microbiote intestinal pour notre santé. S’il s’est avéré qu’il a un impact sur le système immunitaire, sur la santé cardiovasculaire et même sur les troubles dépressifs, une nouvelle étude sur les abeilles a permis de constater que les bactéries intestinales ont également une influence sur la mémoire.

Une découverte fascinante qui pourrait également s’appliquer aux humains

Le microbiote intestinal, autrefois appelé la flore intestinale, est l’ensemble des organismes vivants se situant dans le tractus digestif. Nombre d’études ont récemment démontré l’importance de ces microorganismes pour de nombreux aspects de la santé. Et selon une nouvelle étude réalisée par une équipe internationale de chercheurs, le microbiote intestinal a une influence sur la mémoire. L’étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue Nature Communications, a montré qu’une espèce de bactérie intestinale, connue sous le nom de Lactobacillus apis, est liée à l’amélioration de la mémoire et de la fonction cognitive chez les abeilles.

Il faut en effet savoir que tout comme les humains, les abeilles possèdent leurs propres microbiote intestinal, et ont également une grande influence sur leur état de santé en général. Et étant donné que les abeilles ont une communauté de microbes intestinaux relativement petite par rapport aux mammifères, ce sont des sujets d’études parfaits pour explorer le rôle de certaines bactéries intestinales spécifiques dans la cognition et le comportement. Autrement dit, les scientifiques espèrent que les découvertes réalisées à l’aide du microbiote intestinal des abeilles puissent également être appliquées aux humains.

Les chercheurs ont ainsi constaté que les abeilles avec plus de Lactobacillus apis dans leurs intestins ont une meilleure mémoire. De même, les abeilles qui mangeaient des aliments contenant plus de cette espèce de bactérie intestinale ont eu des souvenirs plus durables que les individus ayant un régime alimentaire normal. « Nos résultats suggèrent non seulement que la variation naturelle de la quantité d’une bactérie intestinale spécifique affecte la mémoire, mais montrent également un lien de causalité : en ajoutant la même espèce bactérienne au régime d’une abeille, cela peut améliorer sa mémoire », a expliqué Li Li, auteur principal de l’étude, dans un communiqué.

— Cornel Constantin / Shutterstock.com

Des tests probants sur l’impact de la bactérie sur la mémoire et l’apprentissage

Pour aboutir à ces conclusions, les chercheurs ont décidé de tester la mémoire et la capacité d’apprentissage des abeilles. Pour ce faire, les chercheurs ont créé des fleurs artificielles de différentes couleurs : cinq couleurs étaient associées à une solution sucrée de saccharose et les cinq autres à une solution au goût amer contenant de la quinine, un répulsif pour les abeilles. Les chercheurs ont ensuite observé à quelle vitesse les abeilles étaient capables d’apprendre quelles couleurs étaient associées au sucre. Ils ont également observé si elles étaient capables de se souvenir de cette information dans un test de suivi trois jours plus tard.

En séquençant des échantillons d’intestin des abeilles, ils ont ensuite pu observer les corrélations entre les différences individuelles dans les capacités d’apprentissage et de mémoire des abeilles avec les niveaux de différentes bactéries trouvées dans leur intestin. Si les résultats de l’étude sont clairs, on ignore encore si des observations similaires pourraient être observées chez les humains. « Des recherches supplémentaires seront nécessaires pour déterminer si et quelles espèces de bactéries pourraient avoir le même effet chez l’Homme. Mais nos travaux ont mis en lumière cette possibilité », a ainsi conclu Li Li.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de